Post-click experience : Comment augmenter le ROI des campagnes média ?

Publicité

20

Post Click Experience

Savez-vous combien investir sur Google Ads et combien cela va vous rapporter ?

En complément de cet article, vous pouvez obtenir un accès gratuit à mon calculateur Google Ads pour anticiper votre budget et votre ROI.

Il vous suffit simplement de vous abonner à ma newsletter.

Gratuit | Accès instantané | Tutoriels vidéo inclus

Montrer Cacher le sommaire

6 décideurs marketing sur 10 prévoient d’augmenter leur budget publicitaire Internet cette année. Si on en croit le SRI, nous parlons ici d’investissements qui dépasseront les 9 milliards d’euros en France, d’ici la fin 2022.

Dans un contexte turbulent et hyperconcurrentiel, les annonceurs cherchent à rentabiliser chaque euro investi dans la publicité. Beaucoup ont amélioré l’excellence de leurs opérations et professionnalisé leur achat média. Il reste toutefois une frontière à explorer en matière d’optimisation, celle de la post click experience. 

Dans cet article, nous définissons la post-click experience comme les interactions entre une marque et un consommateur, après un clic sur une publicité en ligne. Cela est différent de la “mesure post-clic” qui vise, elle, à quantifier les retombées consécutives à un clic publicitaire.

Dans les lignes qui suivent, nous traiterons en profondeur de ce sujet qui peut vous rapporter gros ! 

  • Après avoir défini le concept, nous verrons pourquoi la post-click experience est si importante.
  • Nous nous attarderons ensuite sur la méthode à suivre pour améliorer sa post-click experience. 
  • Nous discuterons enfin de l’outillage qui permet aux marketeurs d’optimiser leur post-click experience, de manière industrielle.

Qu’est-ce que la post click experience (et pourquoi est-ce important) ?

Les marketeurs portent d’habitude leur focus sur la partie “média” 

Un focus “pre-click”, entretenu par les innovations des GAFAM

Quant il s’agit de publicité en ligne, les marketeurs se focalisent énormément sur des sujets purement média : 

  • les technologies à utiliser (AdServer, DSP, DMP…), 
  • l’efficacité créative (A/B testing créative, annonces dynamiques…), 
  • le trading (gestion des enchères, ciblage d’audiences…), 
  • ou encore la mesure (attribution, brand lift, MMM…),

Ces sujets jouent un rôle capital dans l’efficacité publicitaire. Il est donc logique que les professionnels se penchent dessus. D’autant que les GAFA ont réalisé des progrès technologiques faramineux dans ce domaine (ex : automatisation, micro-ciblage, personnalisation, industrialisation créative, stratégies d’enchères au plus près des enjeux business, etc.). 

Mais…

Le média est un point de départ ; c’est ce qu’il se passe après qu’il ait converti un simple visiteur en client

Malgré ces progrès évidents côté média, il ne faut pas perdre de vue l’objectif final de toute réclame : transformer des impressions en euros sonnants et trébuchants. 

Or, malgré ce travail acharné sur les opérations média, plus de 98% des budgets marketing peuvent être assimilés à du “gaspillage”, puisque le taux de conversion e-commerce médian est de 1.84%.

Le but de toute publicité digitale est : 

  • de faire connaître une marque, 
  • de nouer des liens avec une audience intéressée, 
  • de la transformer en clients payants, 
  • puis en ambassadeurs.

Dans ce processus, l’euro investi dans le média est un point de départ. La publicité qu’il engendre, elle, n’est qu’un appel du pied.

C’est l’expérience fournie par la marque “après le clic” qui séduira le consommateur, puis le transformera éventuellement en lead, en client, en ambassadeur.

C’est ici que rentre en jeu la notion de post-click experience. 

Comment la post click expérience améliore l’impact des campagnes média ?

Définition de la post click experience 

La post-click experience fait donc référence à ce qu’il se passe juste après le clic sur une publicité. 

  • Cela commence par une landing page adaptée au contexte publicitaire ayant invité le consommateur à découvrir la marque, 
  • et s’enchaîne naturellement avec des parcours utilisateurs optimisés, capables de persuader le visiteur à agir.

A contrario, la pre-click experience peut se définir comme tout ce qu’il se passe avant que l’internaute clique sur les publicités (créa’ publicitaire, gestion des enchères, ciblage des audiences, etc.).

La poste click experience dans la chaine de valeur
pre-click vs post-click experience

Un impact “en cascade” : une meilleure post click experience entraîne une amélioration des KPIs

La post-click expérience vise à retenir un maximum de prospects dès leur arrivée sur site, améliorer leur engagement et les guider plus efficacement vers une conversion. 

Le volume de conversions s’en trouve amélioré : 

  • Le taux de rebond diminue, 
  • ce qui permet d’augmenter le volume de visiteurs engagés (ex: qui ajoutent au panier)
  • et entraîne une hausse mécanique des conversions. 

Les facteurs qui impactent la rentabilité média évoluent aussi de manière favorable : 

  • Une meilleure pertinence / expérience utilisateur entraîne une baisse des coûts par clic (ex : sur des leviers comme Google Ads et son mécanisme de quality score),
  • et une meilleure mise en valeur de l’offre (ex : produits similaires ou complémentaires) génèrent des paniers moyens plus élevés

Des résultats positifs sur ces indicateurs entraînent une amélioration mécanique des indicateurs publicitaires, comme le taux de conversion, le retour sur les dépenses publicitaires (ROAS) ou le revenu par clic (RPC). L’annonceur génère ainsi des revenus additionnels à budget constant.

Comment la post click experience créé de la valeur pour l'annonceur
Comment la post click experience crée-t-elle de la valeur pour l’annonceur?

La post click experience redonne du contrôle à l’annonceur, dans un paysage média dopé à l’automatisation et l’intelligence artificielle

Au-delà de ces impacts directs sur les métriques annonceur, soigner sa post-click experience permet de reprendre le contrôle sur des publicités qui sont de plus en plus automatisées, et boostées à l’intelligence artificielle.

Le ciblage, les enchères, les annonces sont peut-être pilotés par l’algorithme de Google ou Facebook, mais vous restez maître des contenus présentés à chaque internaute. La post-click experience prouve que vous pouvez encore agir sur des leviers de monétisation puissants.

Il suffit de regarder les différence de performance en fonction du nombre de landing page utilisées pour confirmer la valeur de l’optimisation de la post-click experience : 

  • Les entreprises avec plus de 40 pages de destination obtiennent 12 fois plus de prospects que celles qui en ont 5 ou moins.
  • Et celles qui ont plus de 50 pages de destination post-click voient une augmentation de 270 % du nombre de leads.

Une méthode en 4 étapes pour optimiser la post-click experience

Étape 1 : Partez des “micro-moments” des consommateurs qui interagissent avec vos leviers publicitaires

Cartographiez les objectifs de vos consommateurs (“micro-moments”) pour vos différents leviers d’acquisition

Les utilisateurs qui cliquent sur vos publicités en ligne sont des consommateurs légèrement différents : ils ne viennent pas tous du même type de publicités, leurs intentions varient (ex: le mot clé qu’ils ont tapé change ou l’offre qui les a attiré n’est pas la même), leurs motivations et leurs objections diffèrent, etc.

C’est pourquoi il est conseillé de formaliser des “mini-avatars” pour vos différents leviers d’acquisition. 

NotoriétéConsidérationAchatFidélisation
Shopping AdsComparer le prix entre les produits d’une même catégorieChoisir un marchand de confiance pour acheter une référence produit précise
SEARequête “meilleur + catégorie de produit” pour raffiner sa sélection de marqueRequête “avis + marque produit” pour lire de l’UGC sur la référence produit pré-choisieRequête “Marque + Code promo” avant de passer à l’achatRequête “marque” en vue de faire un ré-achat sur le site
Facebook AdsEn apprendre plus sur “problème X” rencontré récemment S’informer sur un type de produit recommandé par une connaissance
AffiliationChoix de l’enseigne partenaire qui offre un cashbackEvaluation des promotions en cours en vue d’un ré-achat
Exemple de matrice permettant de formaliser les “micro-moments” des consommateurs en fonction des leviers publicitaires actionnés.

Où trouver les données pour établir ces “mini-personas” ?

Appuyez-vous sur les critères de ciblage sélectionnés sur les plateformes média (ex: mots clés ou audiences ciblés). 

Vous pouvez également explorer vos statistiques Google Analytics pour comprendre ce qui distingue vos visiteurs pour chaque canal d’acquisition (profils démographiques, intérêts, comportements, contenus consultés, freins & accélérateurs de conversion, etc.).

Au terme de cet exercice, vous serez plus à même de cerner le processus de décision de chacun de vos personas. Cela vous permettra alors de retirer le maximum de chaque clic payant.

Étape 2 : Cartographiez vos leviers publicitaires avec vos landing pages et vos KPIs

Établissez une matrice de votre post click experience

A présent que vous avez cerné les motivations de votre audience pour chaque levier publicitaire, il est temps de personnaliser leur post-click experience. 

Cela commence par établir une cartographie qui fait correspondre : 

  • Vos principales campagnes média (les 20% qui représentent 80% de votre trafic), 
  • les landing pages associées à ces dernières, 
  • l’expérience de conversion (thank you page + email transactionnel)
  • et l’indicateur clé de performance qui mesure votre succès.
Campagnes médiaLanding PageThank you pageE-mail transactionnelKPI
Shopping Ads “Best sellers”Fiche produits avec reco. cross-sell d’autres références “best seller”Mise en avant “post achat” du nouveau produit de la marqueConfirmation achat + code de promotion pour tout achat du nouveau produitROAS “Best sellers”
Tx d’achat best seller ? nouveau produit
Facebook Ads “Promo. produit”Fiche produit avec reco. de produit complémentaireOffre d’upsell éphémère valable 24hConfirmation achat + rappel de l’offre éphémèrePanier Moyen
Exemple de matrice complète de la post-click experience

En mettant à plat vos principaux parcours clients de la sorte, vous serez à même de personnaliser et optimiser l’expérience post-click en fonction de l’indicateur business que vous souhaitez améliorer. 

Repartez de votre existant, puis améliorer-le

Si vous réalisez cet exercice pour la première fois, repartez de votre existant. Puis, en fonction de vos KPIs, analysez dans votre expérience post-click :

  • les éventuels points de frictions qui ralentissent la progression du visiteur vers la conversion,
  • les points de distraction qui l’écartent du parcours optimal, 
  • les éléments de motivations qui améliorent la probabilité de voir le visiteur entreprendre l’action que vous attendez de lui, 
  • les éléments de pertinence et de confiance qui rassurent le visiteur pour s’engager dans le parcours de conversion.

Cet état des lieux réalisé, vous aurez des pistes d’amélioration concrètes que vous pourrez tester une fois votre nouvelle post-click experience déployée. 

Étape 3 : Création de landing pages pour chaque couple [touchpoint média : micro-moment]

Assurez une continuité “naturelle” avec vos publicités

A ce stade, vous savez : 

  • quel est l’objectif du consommateur qui interagit avec vos publicités (“micro-moments”), pour chaque levier de votre mix d’acquisition, 
  • et quel scénario de post-click experience vous souhaitez dérouler pour chaque type de campagne média.

Attardons-nous à présent sur le premier point de contact après le clic, la page d’atterrissage. Cette dernière doit être considérée comme une extension de l’annonce qui a retenu l’attention de l’audience ciblée. 

  • Elle doit assurer la continuité expérientielle, 
  • créer la confiance, 
  • et guider l’internaute vers la prochaine étape logique pour engager avec la marque. 

Prenez en compte l’audience ciblée et leur “micro-moment” pour adapter votre accueil sur site

L’enjeu ici est de faire résonner au mieux votre page d’atterrissage avec le segment d’audience ciblé par vos campagnes média, ainsi qu’avec les offres (et leurs formulations) présentées sur vos publicités.

Vous aurez besoin de faire correspondre parfaitement l’intention de vos “mini-personas”, le message de votre publicité et celui de votre landing page. Il s’agit d’adapter sur vos pages d’atterissage : 

  • le titre
  • l’identité visuelle
  • les visuels utilisés dans la pub
  • l’offre relayée sur votre créa’

Ces éléments indiqueront à l’internaute qu’il a atterri au bon endroit. 

Adaptez vos contenus dynamiquement pour améliorer votre stratégie de persuasion

La prochaine étape est de savoir persuader votre persona à entreprendre l’action que vous attendez de lui. Pour ce faire, votre copywriting et votre capacité à inspirer confiance sont vos meilleurs alliés. Par exemple, vous pouvez changer le type de témoignage client qui est présenté en fonction du produit / de l’audience qui visite votre site. Le cas échéant, vous pouvez dynamiser une partie des contenus de votre landing page.

Prenez un site e-commerce qui investit dans la publicité Google Shopping Ads. Cet annonceur possède toutes les informations détaillées de ses produits dans son compte Google Merchant Center. Il est alors possible de se servir des éléments du flux produits pour remplir dynamiquement le contenu d’une page, et ainsi créer une post-click experience ultra pertinente, en fonction du produit / de la catégorie sur laquelle le consommateur atterri. 

Exemple de dynamisation de la post-click experience pour un e-commerçant investissant sur Google Shopping Ads
Figure 5 : Exemple de dynamisation de la post-click experience pour un e-commerçant investissant sur Google Shopping Ads

Le cas des fiches produits e-commerce : de très mauvaises landing pages

Dans les paragraphes précédents, nous évoquions le cas des fiches produits, et la possibilité d’enrichir automatiquement vos pages d’atterrissage avec des des produits similaires, connexes ou complémentaires.

Il s’avère que les fiches produits d’un site e-commerce sont souvent utilisées comme landing page de la publicité (ex: Shopping Ads, Dynamic Product Ads, Display dynamique…). 

Or les études montrent que les fiches produits posent des défis en matière de post-click experience: 

  • l’engagement général de l’internaute est moindre, ce qui se traduit par une probabilité deux fois moins élevée de convertir le visiteur. 
  • Les internautes qui atterrissent sur des fiches produits ont 72% de chances en plus de rebondir par rapport à ceux qui atterrissent sur tout autre type de page, et voient 42% de pages en moins au cours de leur session.
Benchmark des performances fiches produits comme landing pages

Ces observations ne sont pas surprenantes. L’anatomie d’une page produit est conçue pour inciter à l’achat après une recherche et un tri sur le site marchand. En aucun cas, elles n’ont été pensées pour accueillir un visiteur. 

Ajoutons à cela d’autres facteurs bloquants lorsque les fiches produits sont utilisées comme page d’atterrissage :

  • Le temps de chargement de la page produit est souvent long car il n’y a pas encore de mise en cache (1ere page vue)
  • Pas de message d’accueil / bienvenue
  • Pas de rappel immédiat des USP du site ou de la marque
  • Peu ou pas de clés d’entrées généralistes vers les catégories ou produits similaires (absence de vue sur la profondeur de l’offre)
  • Pas d’entrées éditorialisées vers les promos du moment ou vers les priorités produits du moment (stocks, partenariat etc..)  

Il est donc important de porter une attention particulière à l’UX/UI de votre fiche produit, voire à décliner des versions différentes pour vos différents leviers d’acquisition si vous les utilisez comme page d’atterrissage.

Étape 4 : Amélioration de votre post click experience de manière itérative

Une démarche d’amélioration continue, basée sur l’A/B testing et l’analyse du comportement utilisateur

Il est naïf de croire qu’on réussit toujours sa post-click experience du premier coup. C’est pourquoi, vos expériences post-click doivent systématiquement être mises à l’épreuve du test

“Data beats opinion” dit l’adage… En scrutant ses données web analytics et en effectuant des tests A/B en continu, les spécialistes du marketing peuvent identifier les variantes les plus performantes (qu’il faut industrialiser), et celles qui nécessitent des améliorations.

Les outils de heatmap peuvent également livrer de précieuses informations pour étayer vos hypothèses de tests A/B. Il existe 4 types d’heatmaps pour comprendre le comportement utilisateur après le clic publicitaire : 

  • Heatmaps des clics
  • Heatmaps du scroll
  • Heatmaps d’eye tracking
  • Heatmaps des mouvements de souris

En règle générale, les marketeurs combinent web analytics, heatmaps & A/B testing pour améliorer continuellement leurs expériences post-click.

Figure 6 : Démarche d’optimisation continue de la post-click experience

Les éléments que vous pouvez tester et optimiser facilement

Certains annonceurs rechignent à conduire des tests sur leur site, car ils ont la perception que ce sont à chaque fois des chantiers fastidieux. Pourtant, certains éléments peuvent être testés à un coût quasi-nul, et sans efforts.

  • Visuels : le B.A-B.A du test A/B… Mettre en concurrence différentes images pour voir lesquelles incitent le plus à la conversion.
  • Accroches / le copywriting : essayez des tons différents, ou des argumentaires nouveaux… Faites varier le “fond” et la “forme” de vos contenus. Vous pourrez être très surpris par les résultats!
  • Boutons d’action: testez les positions de ces derniers, changez leur taille, leur couleur ou leur forme. Vous pouvez aussi tester leur position sur la page, ou encore leur intitulé. Vous pouvez aussi changer les actions en elles-mêmes, et voir l’impact sur le parcours global.
  • Formulaires: les formulaires sont des pages cruciales -véritables repoussoirs des conversions- qui méritent d’être testées dans le moindre détail. De manière générale, vous pouvez évaluer différentes mises en page, ou l’agencement même d’un formulaire. Dans le détail, vous pouvez faire varier le libellé des champs, ou les contenus d’aide éventuellement.
  • Agencement de la page: vous pouvez tester différents placements de certains blocs, et voir quel agencement de page vous génère le plus de conversions.

Pour un impact significatif, testez beaucoup de variantes d’éléments importants

Parfois, vous avez de la chance, et vos taux de conversion se multiplient par deux dès votre premier essai pour optimiser votre post-click experience. Mais soyons réalistes, cela ne se passe pas souvent comme cela…

La réalité est que vous devrez réitérer sans cesse vos tests, pour arriver à obtenir des résultats réellement capables de faire la différence. En général, le nirvana se trouve après avoir testé au moins 10 variations différentes ! 

Et si vous voulez accélérer le processus, essayez des changements radicaux (et je ne parle pas de la couleur des boutons). En CRO, un des principes est que “les petits changements” apportent “de petites améliorations”… 

Ainsi, testez des éléments significatifs comme changer l’offre / la proposition de valeur sur votre landing page, adopter un parcours de conversion radicalement différent, miser sur des fonctionnalités de navigation différentes (ex : passer d’un menu secondaire à un système de filtres ou de recherche), etc.

Des solutions sur étagère existent et industrialisent la post click experience

La post click experience requiert des technologies longues et coûteuses à développer en interne

La problématique de mise à l’échelle

Le principal challenge pour mettre en œuvre une post-click experience performante est la mise à l’échelle : comment créer, à la volée, des dizaines voire des centaines de landing pages pertinentes pour tous vos leviers d’acquisition ? 

Ensuite, comment doper sa post-click expérience avec des algorithmes qui vont automatiser / prémacher certaines tâches (ex: recommandation de produits complémentaires) ?

Des projets internes qui restent coûteux et risqués

Ainsi, le défi est de taille. 

  • Il vous faut fédérer de multiples compétences au sein d’une équipe projet (expert API, expert média, product owner, développeur back-end & front-end, developpeurs ops/infra) ce qui chiffre rapidement le projet à plusieurs centaines de milliers d’euros en équivalent ETP.
  • Ce groupe de travail ne livrera rien du jour au lendemain ; de tels projets d’envergure prennent en général 12 à 18 mois, ce qui représente un coût d’opportunité évident pour votre business.
  • Enfin, il faudra maintenir toutes vos créations de post-click experience et les améliorer avec des itérations successives, ce qui représentera là encore un coût humain qui dépassera certainement les 100k€.

Des solutions sur étagères qui packagent les fonctionnalités nécessaire à votre post-click experience

Des solutions pensées pour les marketeurs, sans intervention nécessaires de l’IT

Heureusement pour les annonceurs, il est possible de s’outiller pour mettre en place une post-click experience “dans les règles de l’art”. 

Dataïads par exemple a développé pour les marketeurs une technologie qui permet de créer des pages de destination pensées et optimisées pour la publicité Google Ads. La solution se connecte nativement à vos infrastructures média, comme Google Merchant Center, et s’intègre facilement à votre site, sans avoir recours aux équipes IT.

Figure 7 : Fonctionnement simplifié de la technologie de post-click experience Dataïads

Retrouvez au même endroits tous les leviers d’optimisation de la post-click experience

Cette technologie “sur étagère” embarque nativement toutes les fonctionnalités dont vous avez besoin pour délivrer votre post-click experience :

  • Temps de chargement ultra rapide
  • Mesure des performances incrémentales via l’A/B testing
  • Intégration Web Analytics & Consent Management Platform native
  • Algorithme de recommandations de contenus totalement personnalisable
  • Synchronisation avec vos plateformes & infrastructures média
  • Hébergement Google Cloud en Europe
  • etc.

La technologie a aussi été développée de manière à améliorer votre temps de chargement et à neutraliser tous les effets de bords (ex : impact négatifs sur votre référencement naturel SEO). 

Le rôle de l’intelligence artificielle dans la personnalisation de l’expérience post-clic

La personnalisation de l’expérience : un levier de satisfaction et de performance

Quasiment les deux tiers des consommateurs attendent que les marques personnalisent leur expérience en fonction de leurs préférences. Et de leur côté, 90% marketeurs reconnaissent que la personnalisation contribue à la profitabilité de leurs business. 

La personnalisation de l’expérience
Figure 8 : La personnalisation de l’expérience est un levier de satisfaction pour les consommateurs et de performance pour les annonceurs

Chez Amazon par exemple, 35% des ventes proviennent des recommandations personnalisées. Chaque fois qu’un membre Prime se rend sur Amazon, la page d’accueil entière du site est personnalisée pour lui. Chaque produit recommandé n’est pas le fruit du hasard ; un algorithme surpuissant sélectionne de manière stratégique et intelligente les références qui seront poussées. 

Le rôle des algorithmes : prédire les préférences de chaque utilisateur

Les algorithmes extraient des données du comportement antérieur des clients, comme les recherches, les clics et les achats. Ensuite, ils calculent et font une prédiction de ce qui plaira le plus à ce consommateur particulier. 

Cela permet ainsi aux e-commerçant de mettre en avant des produits qui ont une forte probabilité d’achat, de créer des opportunités de ventes croisées, d’accélérer la rotation des stocks en poussant les SKU de long tail, de diriger le choix des acheteurs vers des références en stock, etc.

Pour prédire les références les plus appropriées pour chaque individu, l’algorithme de recommandations inclus dans les solutions de post-click experience va suivre 3 grandes étapes :

  • Agréger les données au niveau utilisateur,
  • Analyser l’ensemble des données collectées (structurées & non structurées) selon un modèle prédictif, 
  • Filtrer les produits / contenus à afficher pour faire des recommandations pertinentes.

Des technologies qui doivent s’accompagner d’une expertise pluridisciplinaire forte

De la nécessité d’orchestrer 3 disciplines entre elles : média, data et CRO

Bien que ces technologies soient accessibles aux annonceurs, il est important de rappeler que l’outil ne fait pas le résultat. 

Déployer un post-click experience réussi demande la mise en synergies de 3 compétences clés : 

  • Media : parce que l’expérience post-click est impulsée par la publicité, il est crucial que les responsables médias soient impliqués dans le processus. 
  • Data : la mise à l’échelle de la post-click expérience demande d’orchestrer de multiples flux de données, ce qui demande une supervision par un expert.
  • CRO / Analytics : la post-click experience, pour être efficace, doit s’inscrire dans une logique d’optimisation continue qui se rapproche des processus maîtrisés par les consultants CRO, experts dans l’art de maximiser l’efficacité des sites web. 
La post-click experience imbrique 3 disciplines que sont le média, la data et le CRO
Figure 9 : La post-click experience imbrique 3 disciplines que sont le média, la data et le CRO

C’est pour cela que la plupart des technologies de post-click experience s’accompagnent d’une dimension servicielle qui entremêlent ces trois disciplines et mettent en musique les compétences d’experts pluri-disciplinaires, au bénéfice de la performance de l’annonceur. 

Une attention particulière à porter sur la qualité du tracking

Etant donné que la post-click experience s’inscrit dans une démarche d’optimisation continue, la qualité de la mesure des performances est un enjeu capital. Il est primordial que les décideurs marketing s’appuient sur un tracking fiable, et aussi précis que possible, pour évaluer les retours de leurs post-click experience. 

Trop souvent, le processus de recette est précipité, et le tracking “fait à la hâte” qui en résulte pose des problèmes plus tard dans le projet : 

  • l’impact des actions de post-clic experience est sous/surévalué
  • les parties prenantes n’ont pas confiance dans les résultats reportés
  • l’entreprise ne capitalise sur aucun enseignement fiable. 

C’est pourquoi il est important qu’un expert web analytics soit systématiquement partie prenante d’un projet de post click experience, pour agir comme le garant d’une mesure de qualité. 

Conclusion

Dans un monde où l’achat média est de plus en plus piloté par l’intelligence artificielle, les annonceurs peuvent renforcer leur avantage concurrentiel de deux manières : 

  1. mieux nourrir les algorithmes avec des données propriétaires, assez nombreuses et qualitatives pour faire la différence
  2. personnaliser l’experience d’arrivée “on-site” en fonction du point de contact média pour améliorer la retention des visiteurs et la conversion. 

Bien que la première option amène des résultats tangibles, elle demande d’avoir un volume de données de qualité et présente des enjeux techniques parfois importants pour les entreprises. C’est pourquoi la post-click experience s’affirme comme une alternative plus simple à implémenter pour rentabiliser encore mieux ses dépenses média.  

FAQ Post Click Experience

Qu’est-ce que la Post Click Experience ?

Comment la Post Click Experience permet-elle d’améliorer les performances média ?

Quelle méthode pour améliorer sa Post Click Experience ?

Quelles sont les compétences clés pour réaliser une bonne Post Click Experience ?

1 réactions sur « Post-click experience : Comment augmenter le ROI des campagnes média ? »

  1. Ping : Publicité Display : définition et conseils ultimes [2020]

Réagissez à cet article