TJM Freelance : La recette de A à Z pour fixer son taux journalier moyen

calendar10 janvier 2021

|

categoryEntrepreneuriat

|

time reading 8 min

Consultez mes trésors

Abonnez-vous et recevez immédiatement un code secret pour accèder GRATUITEMENT à ma page cachée contenant +450 outils E-business

Vous acceptez de recevoir la newsletter de ce blog chaque semaine ainsi que des emails ciblés en fonction des données de navigation et de vos intérêts. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

Vous êtes un salarié bien casé en CDI dans une entreprise mais vous pensez que vous pourriez vendre tout seul vos compétences et passer ainsi en indépendant.

Oui mais voilà, passer de la sécurité d’un emploi régulièrement payé à l’aventure du freelancing, c’est un grand pas à franchir !

  • Est-ce que ne vendre que mes compétences suffira à m’assurer suffisamment de revenus pour maintenir mon niveau de vie ?
  • Comment vais-je trouver des clients pour assurer mes rentrées d’argent ?
  • Quel statut juridique vais-je pouvoir choisir ? Celui de micro-entrepreneur avec une gestion tout de même simplifiée de l’entreprise ou, avec moins de risques, le portage salarial ?
  • Et surtout combien facturer mes prestations sans me tromper ?

C’est là où il faut savoir que le freelance doit savoir calculer son Tarif Journalier Moyen (TJM).

Le TJM sera le montant moyen de la rémunération que le client devra lui verser par journée de travail.

Sachez d’abord qu’atteindre son ancien salaire quand on est indépendant est loin d’être impossible, bien au contraire. En voici quelques exemples :

Comparaison Salarié en CDI et FReelance
Source Bubbleting

Pour bien calculer son TJM avant de se lancer, vous n’avez qu’à suivre la bonne recette :

  • Quels sont les ingrédients nécessaires pour obtenir un TJM ?
  • Comment bien mixer ces ingrédients pour réussir son TJM ?
  • A quoi faire attention pour ne pas rater son TJM ?
  • Quels calculs sont nécessaires pour bien fixer un TJM ?

Quels sont les ingrédients nécessaires pour obtenir un TJM ?

Le Taux Journalier Moyen à évaluer repose essentiellement sur trois ingrédients : le profil du freelance, ses compétences et ses futurs clients.

Le profil du freelance

Ce qui compte le plus pour un indépendant c’est son « personal branding ». C’est à dire qu’il doit se créer sa propre image de marque qui le différenciera de ses concurrents. Cette image donnera confiance à ses clients et montrera son expertise.

Le TJM sera donc fonction de son profil qui devra montrer toutes ses qualités.

Les compétences du freelance

En tant que freelance, on ne vend que ses compétences. C’est pourquoi, elles doivent être d’un bon niveau de spécialisation qui sera plus recherché par les futurs clients. Une activité rare sera évidemment mieux reconnue.

Les futurs clients du freelance

Le plus difficile étant évidemment de trouver ses premiers clients, le freelance a tout à gagner à s’inscrire là où les entreprises recherchent les freelances dont elles ont besoin. Dans ce cadre, une plateforme en ligne comme Fiverr sert de catalyseur entre le personal branding du freelance (son talent, son expérience, la qualité de son travail) et ce qu’il vaut en tant que TJM. Car en effet, comme nous le verrons plus loin, le TJM à fixer est directement corrélé au TJM du secteur dans lequel le freelance opère.

Comment bien mixer ces ingrédients pour réussir son TJM ?

Les trois « ingrédients » dont nous venons de parler doivent être améliorés, et se mélanger pour obtenir un taux journalier moyen le plus juste possible.

Construire sa e-réputation.

De nos jours, il faut exister sur internet et les réseaux sociaux. Le premier travail du freelance c’est donc de faire connaître son image de marque par tous les moyens :

  • Être actif sur son compte LinkedIn est essentiel pour se faire reconnaître et construire un réseau.
  • Utiliser sans modération son profil Tweeter pour être suivi et connu.
  • Publier un blog qui aidera, grâce à son storytelling, à être suivi et apprécié.
  • Penser à utiliser YouTube qui est de plus en plus apprécié pour se faire remarquer.
  • Dès qu’on a récolté des avis clients, les publier pour donner confiance et en attirer de nouveaux.

L’indispensable étude de marché

Se renseigner sur le marché de l’activité du freelance est primordial pour fixer son TMJ.

En consultant les autres profils de freelances qui ont le même créneau d’activité, cela donnera une idée des prix pratiqués et indiquera combien les clients sont prêts à payer.

Il faudra ajuster son prix en fonction de plusieurs critères propres à chaque freelance :

  • Son expérience : il est évident que le TJM ne sera pas le même pour une personne qui a 10 ou 15 ans d’expérience que pour un débutant.
  • Son expertise : quels sont ses diplômes, ses compétences (surtout si elles sont rares), ses recommandations sur d’autres missions effectuées et enfin ce qui le différencie de ses concurrents.
  • Son portefeuille client, si ce n’est pas un débutant, indiquera sa valeur selon leurs recommandations.
  • Mais aussi, la région dans laquelle vous travaillez.

L’importance des missions

Chaque mission va compter pour affiner le profil du freelance. S’il est complètement indépendant, il devra fixer un TJM différent en fonction de la mission à exécuter car chaque contexte est différent et le prix du TJM sera différent.

S’il est affilié à des plateformes de freelances comme Fiverr qui propose jusqu’à 200 catégories d’activités, le fait d’être encadré et d’avoir plusieurs missions proposées permet de se situer dans le marché et de mieux fixer son TJM.

A quoi faire attention pour bien fixer son TJM ?

La réussite financière d’un freelance est conditionnée par un TJM qu’il aura bien évalué :

  • Il ne doit pas le sous-estimer pour pouvoir faire face à toutes ses charges et à son train de vie,
  • il ne doit pas non plus le surestimer car il trouvera difficilement des clients qui accepteront ses devis.

A quoi donc faut-il faire attention ?

Son propre coût de vie personnelle

Il faudra prendre en compte en priorité sa situation familiale et évaluer ce dont on a besoin pour que, tout simplement, la vie continue comme avant en tant que salarié : loyer à payer ou emprunts, scolarité des enfants, alimentation, sorties, etc.

Penser à y inclure les coûts de la mutuelle santé et des assurances diverses de la maison et de la famille.

Ses charges professionnelles

Même si le freelance n’a pas encore commencé à travailler, pour calculer le TJM il faut prévoir largement toutes les charges qui étaient incluses quand il était salarié :

  • L’assurance chômage,
  • l’assurance responsabilité civile professionnelle.
  • URSSAF,
  • l’impôt sur le revenu,
  • la cotisation foncière des entreprises.

Ces charges peuvent varier en fonction du statut juridique choisi par le freelance.

Les tâches pour son fonctionnement professionnel

Le freelance étant son propre patron, il doit se charger de :

  • la prospection pour trouver les clients qui lui confieront des missions,
  • il devra assurer la gestion de ses clients, leur suivi, les fidéliser, les relancer,
  • la comptabilité qui est très chronophage,
  • l’hébergement de sites internet,
  • les logiciels informatiques,
  • matériel et meubles de bureau ou abonnement à un espace de coworking ou les frais de location d’espaces de bureaux,
  • publicité (cartes de visite, création de site, gestion des réseaux sociaux),
  • les frais de déplacement (voiture, transports en commun),
  • les frais bancaires…

Tous ces points ont un coût qu’il faut évaluer car, en soi, ils ne rapportent pas d’argent, font perdre du temps mais sont indispensables au fonctionnement du freelancing.

Les congés

En tant que non salarié, le freelance peut prévoir de prendre des congés mais non payés ! En fonction de ses besoins de faire un ou plusieurs breaks dans l’année, il faudra compter combien vont coûter ces vacances.

On doit aussi déterminer combien de jours par semaine seront travaillés : 5 jours ouvrés, moins ou plus ?

Les périodes sans missions

Et enfin, surtout pour un freelance débutant, il faut penser qu’il ne va pas avoir des missions à temps plein. Il est donc sage d’envisager un certain nombre de jours dans l’année sans rentrée d’argent.

Ces calculs préliminaires étant faits et son profil bien défini, le freelance peut alors calculer son Taux Journalier Moyen.

Quels calculs sont nécessaires pour bien fixer un TJM ?

On peut estimer le TJM avec un simulateur de calcul : Il prend en compte le choix d’un salaire brut annuel augmenté des cotisations sociales et patronales qui correspondent à un tarif facturé au futur client comme si le freelance était salarié.

Exemple de calcul de TJM sur le simulateur Shine
Exemple de calcul de TJM sur le simulateur Shine

On obtient le Taux Journalier Moyen à fixer si on a bien tenu compte au départ d’inclure les dépenses prévues dans le paragraphe précédent. Ainsi le coût de la vie, les charges professionnelles, les congés, etc. pourront être payés avec ce TJM.

Il faut cependant être attentif sur les deux points suivants :

Attention au plafond auto-entrepreneur

En effet, si le freelance a choisi le statut de micro-entreprise, il y a un plafond annuel de chiffre d’affaires à ne pas dépasser. Il faut donc , en utilisant le calculateur, voir à quel niveau de salaire brut envisagé on peut passer en tant qu’auto-entrepreneur.

Ce plafond est variable selon l’activité du freelance, en voici quelques exemples dans ce tableau. Il indique de plus, le plafond, qui est différent, de franchise de TVA.

Tableau des plafonds auto-entrepreneurs
Source : simplement-entrepreneurs.fr

Le tarif TJM varie en fonction du profil du client

Bien évidemment, il faudra adapter le TJM en fonction de la branche et de la marge de négociation. On peut aussi envisager plusieurs paliers de facturation  en fonction de la durée de la mission.

Ne pas oublier que le TJM freelance est fonction du TJM du marché, les clients ne s’y trompent pas !

Le freelance devra donc créer sa propre grille de tarifs en fonction l’entreprise qui le missionnera mais aussi de sa taille. Une petite TPE ou un artisan ne pourra jamais avoir le même budget qu’une grosse entreprise parisienne. 

On peut encore avoir une idée de simulation de TJM en fonction du type d’activité en freelance ici.

Simulateur Shine « Je souhaite me lancer en tant que … »

Conclusion

Pour évaluer correctement un TJM freelance on peut retenir ces 4 conseils de Guillaume Guersan qui nous partage sa vie de freelance sur son blog :

« Être trop bon marché peut nuire à votre activité : vous allez beaucoup travailler, des clients vont abuser de votre générosité, vous n’allez pas gagner beaucoup et vous risquez de vous décourager. »

« Être trop cher est encore plus risqué (selon moi). Se dire qu’on facture 100€ / heure parce qu’on est le meilleur et que c’est le prix à payer, c’est cool, mais si on n’obtient aucun client, ça ne sert à rien. »

« Dans certains cas, baisser son TJM Freelance pour obtenir un contrat peut permettre d’acquérir de nouvelles compétences pour être à même de faire augmenter ses tarifs l’année suivante. »

« Il est fréquent d’observer un écart entre les prétentions d’un prestataire en freelance et le budget d’un client. Ainsi, il est important de savoir prendre du recul par rapport à son TJM et prendre le temps de considérer ce que vous propose un client, en fonction de la mission potentielle. »

FAQ : TJM

Le TJM ou Taux Moyen Journalier que doit facturer un freelance est le montant moyen de rémunération que le client devra lui verser par journée de travail.

On peut utiliser un simulateur de conversion comme Shine qui part du salaire brut souhaité par le freelance et donne le tarif /jour (TJM) que facturera le freelance.

  • Les compétences du freelance et son profil
  • Le coût de sa vie personnelle et ses charges
  • Toutes les charges professionnelles
  • Les tâches liées au fonctionnement de son travail
  • Les congés non payés et les moments sans mission
  • Les clients cibles du freelance
  • Le marché concurrentiel de l’activité envisagée par le freelance
  • Les types de missions qui peuvent être chaque fois différentes

Si le TJM est trop faible, on ne gagne pas assez pour couvrir tous les coûts et on peut se décourager.
Si le TJM est trop élevé, les clients ne confieront pas de missions et l’activité s’arrêtera.
Il est d’ailleurs conseillé de re-évaluer régulièrement son TJM pour bien l’adapter à son portefeuille client et au prix du marché.

Autres sources pour rédaction :
Comment fixer son TJM en tant que freelance ?
Calculer son TJM de consultant indépendant pour des revenus confortables
Freelance : comment bien fixer ton TJM idéal ?

Continuez Votre Lecture

Le Guide Ultime du Vendeur B2B

star
star
star
star
star

Price : € 18.99

Acheter en toute sécurité logo amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *