2011: Bienvenue dans l’ère de la stratégie globale pour le E-business


 
Kézako?
2
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

2011: Bienvenue dans l'ère de la stratégie globale pour le E-business

2011 s’annonce bien… En effet chers lecteurs, je vous souhaite la bienvenue dans l’ère de « la stratégie globale » pour le E-business ! Qu’est-ce que cela signifie? Que les entreprises réalisent enfin que dans « E-business » il y’a « business »…

  • Fini la simple « création de site Internet »
  • Fini les « référencements automatiques »
  • Fini les réunions de 2h pour savoir si on choisit le coin carré ou arrondi
  • Fini les « Opinions du Plus Gros Salaires »…

L’usage d’internet dans les entreprises est enfin perçu comme un VRAI enjeu ! Décryptage de ces changements d’attitudes & de comportements chez les entrepreneurs qui -espérons le tous- marquera 2011 comme une montée de niveau pour la profession du web.

Imaginer un business model avant une interface graphique

Durant des années, un client passant commande d’un site internet attendait avant tout une « maquette ». Bref, il était entendu que le client apportait un concept génial et que l’agence réalisait un simple « produit ». Tel un enfant attendant son jouet, les décideurs s’intéressaient beaucoup:

  • à l’angle carré ou arrondi,
  • à l’aspect « sable mouillé » de l’arrière plan de leur boutique E-commerce
  • ou encore à l’ensemble des informations qu’ils souhaitaient « exiger » des internautes (Comment vous avez nous connu? Vous êtes intéressé par d’autres prestations ? Vous portez des slips rouges?)

Dieu merci, cette époque est en plein déclin. Les dirigeants d’entreprise comprennent de plus en plus qu’on ne s’improvise pas professionnel du web. Ils relaient aujourd’hui le look & feel au second plan, et demandent plutôt un véritable appui « E-business », même dans la construction de leur offre globale.

Avant de penser au « produit » Internet, on pense « stratégie d’affaires ». La recherche d’un business model et d’une offre solide est aujourd’hui la principale préoccupation des entreprises... Et c’est tant mieux.

La prise en compte d’un profiling plus fin

Les entrepreneurs comprennent désormais qu’on ne raisonne plus « marchés » mais « individus »… Les clients sont plus exigeants et mieux informés. Conséquence? L’utilisateur est mis au centre des débats. Les entreprises acceptent mieux les tests, qui remettent en cause parfois leurs décisions.

La connaissance client est un enjeu du commerce de demain. C’est clair. La culture web a amené une logique « d’individualisation » dans la relation marketing des entreprises. Les professionnels du marketing cherchent aujourd’hui le graal: un marketing VRAIMENT one-to-one, hypra-individualisé, qui ferait exploser les performances business de l’entreprise.

L’image de marque sur les nouveaux médias: un enjeu réel

Pour réussir, sur internet ou ailleurs, il est important d’être bien perçu par ses clients potentiels. Sur le web, il s’agit bien sûr en premier lieu de la e-réputation. Tout le monde a déjà vu les dégâts que pouvait faire un contenu mal intentionné positionné en 1ère place sur Google…

Mais c’est aussi la gestion de son propre « brand content »; les entrepreneurs ont pris conscience que pour réussir sur le web, il faut apporter une forte valeur ajoutée. La force de l’offre est encore plus importante sur le web que dans l’économie traditionnelle.

Les entreprise sont désormais conscientes que tout type de contenus, conversations, échanges trouvés autour de leur marque, impactent AUSSI leur image de marque (bonne ou mauvaise d’ailleurs). La facilité que connaît désormais chacun à devenir lui même un média -laisser un avis sur un site marchand par exemple- fait que les consommateurs se fient toujours plus aux UGC (User Generated Content), et que les entrepreneurs ne peuvent plus faire les autruches.

Une logique multicanale

Ce sont désormais les clients qui décident quand et comment il vont rentrer en contact avec une marque. Il est de plus en plus admis par les entrepreneurs qu’un seul canal ne peut pas tout.

Les entrepreneurs sont conscients de la nécessité d’adresser:

  • Le bon message
  • La bonne offre
  • A la bonne personne
  • Au bon moment
  • Par le bon canal

Dans cet recherche de « l’optimisation multicanale ultime », les décideurs sont avares de données. C’est pourquoi ils s’intéressent de plus en plus aux enjeux liés à l’intégration des actions marketing multicanales et la connaissance client. Ils veulent raccrocher le pilotage de leurs actions à leur systèmes d’information.

Intégration aux SI : des solutions technologiques web qui dépassent le seul CMS

En 1995, les CMS révolutionnaient l’internet. Ils permettait à des néophytes de créer simplement des pages Internet. Belle révolution me direz vous. Mais en une décennie, la « démocratisation » de la technique basique a détruit la valeur de « la création de site Internet ».

Bienvenue dans l’ère du « data marketing »

Le data marketing -qui s’appuie sur une connaissance client ultra approfondie- présuppose que le pilotage des activités marketing et commerciales doit se faire sur des données fiables, fines et complètes. Cela ne peut passer que par un flux des données fluide et automatisé entre les différentes « briques » du système d’information full web de l’entreprise. En imaginant des passerelles entre les applicatifs, les données vont pouvoir transiter « seules », sans avoir besoin de l’intervention humaine. Cela permet de fluidifier la communication interne, de gagner du temps et de se focaliser sur les tâches qui sont réellement à forte valeur ajoutée.

Créer son site n’est donc plus vraiment un problème… Les entreprises cherchent désormais efficacité et efficience dans leurs activités web. C’est pourquoi, le sujet de l’intégration des systèmes est un des véritables enjeux de 2011.

La vision de la relation client à 360° est de plus en plus au goût du jour, et l’automatisation des processus permet aux hommes d’affaires de passer d’un mode « 80% d’action / 20% de réflexion » à « 20% d’action / 80% de réflexion ». Quand on a plus de doubles saisies, que le reporting apparaît d’un clic, qu’une simple requête nous permet d’accéder à 100% de l’information de 1 client… On gagne du temps et on se focalise sur l’ingénierie, la stratégie.

Conclusion

L’ère des « faiseurs de site est terminée ». L’ère des clients « à côté de la plaque » est en train de disparaître. Faites place à l’ère des professionnels du web & des entrepreneurs qui réussissent en réfléchissant !

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

9 thoughts on “2011: Bienvenue dans l’ère de la stratégie globale pour le E-business

  • 10 janvier 2011 at 10 h 48 min
    Permalink

    Merci pour cet article bien ficelé !

  • 11 janvier 2011 at 1 h 50 min
    Permalink

    C’est en effet ce que présage 2011 et les années à venir! Bonne année a tous et à tous le « pros » du web!!!

    Alors que l’on voit s’effondrer des web agency ( voir http://www.matthieu-tranvan.fr/humeur/arnaque-contrat-site-internet-20-questions-ne-pas-se-faire-arnaquer-par-agence-web.html ) qui suppose qu’un site web n’est qu’une interface et non, d’une part un contenu, et d’autre part le support d’une communication syntone.

    cette image d' »ICE »berg, fut évoquée encore aujourd’hui, car, en effet c’est exactement la possibilité que nous procure (particulier ou professionnel – web-programmeur ou utilisateur – chef d’entreprise ou collaborateur) l’outil dont nous sommes maître : L’outils informatique collaboratif.

    Utilisons toutes ces possibilités pour faciliter les taches des entreprise et palier à la ressaisies, la pertes de temps ou d’information, au manque de lien entre tous c’est outils de communications qui vous sont offerts.

    Quoi qu’il en soit, un « pro » du web, vous apportera toujours plus que ce que vous souhaitez!

    encore bonne année à tous et merci à toi Matt pour tes conseils et ton travail!

  • 12 janvier 2011 at 2 h 09 min
    Permalink

    @Franck: Mon ami, c’est un plaisir de te lire sur cet espace virtuel qui nous rappelle notre collaboration. Merci pour la constructivité de ton commentaire, et la pertinence de tes propos. Je vois que malgré les distances, nous restons proches en terme de philosophie business ;-) Que 2011 soit pour toi, tes proches et tes affaires un véritable chiffre porte bonheur!

  • 19 janvier 2011 at 18 h 45 min
    Permalink

    Merci pour ces infos précieuses :)

  • 20 janvier 2011 at 17 h 49 min
    Permalink

    Je confirme, un plaisir à lire et une vision pertinente des choses.

  • 25 janvier 2011 at 18 h 41 min
    Permalink

    Il est évidement que l’aspect technique de la création de site n’est plus une barriére pour les entrepreneurs, il est bcp plus simple de faire un site attrayant avec un prestashop qu’avec un oscommerce. Il est primordiale aujourd’hui de tout misé sur la visibilité sur le net.

  • Pingback: Le temps d’un verre au salon E-marketing 2011 | Blog Business / WebMarketing / Management

  • 11 mai 2011 at 16 h 01 min
    Permalink

    ahh! ça fait du bien de ne pas se sentir seule sur la planète e-business !!

    Merci pour ce bel article dont je partage chaque ligne, j’espère que le rapport Mc kinsey sera lu par toutes les entreprises et que nous pourrons enfin mener un travail efficace avec les dirigeants.

    Encore bravo!
    Gisèle Taelemans

  • 12 mai 2011 at 21 h 01 min
    Permalink

    @Gisèle: Un grand merci pour votre commentaire énergique et dynamisant ! Effectivement, le dernier rapport Mc kinsey sur l’impact de l’économie française devrait finir de convaincre les derniers sceptiques du e-business…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>