SEO: Comment mon ancienne agence a fait perdre 700k€ à un client…


 
SEO: Comment mon ancienne agence à fait perdre 700k€ à un client...

SEO: Comment mon ancienne agence à fait perdre 700k€ à un client…

On apprend autant de ses erreurs que de ses succès. Aussi, laissez moi vous parler de la plus grosse erreur que mon ancienne agence a faite, et qui a coûté 700k€ de chiffre d’affaires au client qui en a été victime.

Il s’agit d’une erreur SEO, dûe à un manque de monitoring, et qui peut arriver demain à vous ou à votre agence (heureusement, il existe aujourd’hui des moyens de s’en prémunir, mais nous en parlerons plus tard dans l’article).

Ce que cette expérience va vous apprendre, c’est qu’il est crucial de mettre en place un système de surveillance capable de vous alerter automatiquement de tous changements importants sur vos URLs, pour éviter de potentielles catastrophes SEO.

C’est une sombre histoire, vraiment… Pour vous la narrer, permettez moi de vous donner un peu de contexte.

Nous sommes en 2008. Mon agence d’une dizaine de personnes comptaient un peu plus de 70 clients. Parmi eux, le héros de notre histoire:

  • un site e-commerce, positionné sur une niche de marché confortable,
  • leader en France
  • qui frôlait les 1.5M€ de chiffre d’affaires par an.
  • L’entreprise travaillait avec nous depuis plusieurs années, et nous avions une relation de confiance très forte.

Toute mon équipe aimait par dessus tout faire « gagner » nos clients : nos adorions les sites e-commerce de niche, et célébrions à chaque fois que nous arrivions à en positionner un au top de son segment de marché. Notre crédo était « seul le résultat compte ». Avec nos compétences multiples – développement / intégration, graphiste, UX, marketer, référenceur – nous faisions « passer des caps » à nos clients: la barre des 100k€, des 500k, voir du million ou plus.

C’est ainsi qu’un jour, nous avions mis le doigt sur une opportunité en or pour notre client.

Chapitre 1 : L’opportunité d’augmenter les revenus de 350k – 900k€ avec une refonte de site

Par rapport à notre benchmark, le taux de conversion du site e-commerce était très bas (< à 0.60%). Concrètement, si cet indicateur se redressait, le site pouvait engranger entre 350k€ et 900k€ de vente en plus.

Money Meme

Après quelques tests utilisateurs, nous avons identifié plusieurs obstacles à la conversion dans l’ergonomie générale du site. L’interface était aussi vieillissante, et inspirait de moins en moins confiance aux visiteurs.

Naturellement, nous avons suggéré à l’entrepreneur d’envisager une refonte de site, pour saisir cette opportunité manquée et continuer à développer son affaire en ligne. Cette suggestion s’accompagnait d’un changement de plateforme e-commerce pour bénéficier de fonctionnalités plus modernes.

Le client, ayant compris l’enjeu et faisant confiance à l’équipe qui l’avait amené jusque là, a accepté de procéder à la refonte du site. Et c’est ici que l’aventure démarre.

Chapitre 2 : Les « cafouillages » s’enchaînent et nous fait mettre le site en production « à la va-vite »

Mon équipe se met au travail, d’arrache pied.

Beaucoup d’énergie est mise sur l’ergonomie du site, la fluidité du parcours d’achat… Chaque détail est pensé pour ne pas complètement désorienter les clients fidèles du site, tout en assurant une meilleure performance générale. Les wireframes du site font des allers-retours dans nos boites mails, et le plan d’A/B testing est revu plusieurs fois en interne.

Une fois certain de la direction à prendre, les développeurs se mettent au travail… avec beaucoup de difficultés ! En effet, la nouvelle plateforme e-commerce demande beaucoup de développement spécifiques pour répondre aux exigences spécifiques des produits vendus par notre client. Et littéralement, nos développeurs Magento s’y cassent les dents.

i have no idea what im doing meme

Le projet patine, puis s’embourbe:

  • Le client s’impatiente, impuissant de voir son agence préférée manger des murs et accumuler les échecs.
  • Le calendrier prend un, puis deux, puis trois mois de retard.
  • Les autres projets des 69 autres clients commencent aussi à en pâtir.
  • Le moral est au plus bas.

Notre client nous appelle tous les jours, et exige à présent la mise en ligne. Sa confiance en nous est érodée et il insiste pour que le projet soit achevé dans les meilleurs délais.

A ce stade, il n’y a plus qu’une seule chose qui compte pour nous comme pour le client: livrer le site et le mettre en production le plus rapidement possible, coûte que coûte.

Mon équipe fait des heures supplémentaires et arrive finalement à lancer le site.

Chapitre 3 : La catastrophe SEO tombe

Les portes de l’enfer se sont ouvertes dès lors que les DNS se sont propagés avec la nouvelles mouture du site…

Quelques semaines plus tard, nous nous sommes rendus compte que le trafic du site avait chuté. Drastiquement.

Paniqués, il nous a fallu quelques heures pour comprendre que la nouvelle plateforme avait « bousillé » tout le SEO du site:

  • il manquait des redirections 301,
  • le robots.txt était foireux,
  • les balises META n’était pas prêtes,
  • le duplicate content était légion…
  • C’était la catastrophe.

A cette époque, nous avions des outils « rudimentaires » en termes de monitoring SEO. Certes, nous avions bien une licence Yooda mais qui n’était utilisée que par une seule personne qui avait pour mission de sortir des états de positionnement mensuels pour nos clients (SEM Rush n’avait été créé que depuis quelques mois). Et côté SEO, c’est à peu près le seul outillage que nous avions…

Conséquence de ces erreurs de monitoring basiques, le trafic SEO du site a été divisé par deux. Et les quelques malheureux point de conversion gagnés ne compensait pas une perte aussi drastique de visiteurs.

Résultat des courses: une perte sèche de 700k€ de CA annuel, qui n’a pu être regagnée que plusieurs années après.

SEO catastrophe

Le client n’a pas quitté mon agence tout de suite. Mais autant vous dire qu’il ne lui a fallu que quelques semaines pour trouver un autre prestataire. Et pour tout vous dire, nous l’avions bien mérité.

La morale : Agences, vous avez besoin d’un système de monitoring SEO capable de vous alerter automatiquement

Aujourd’hui, cette catastrophe ne se reproduirait pas. Bien sûr, parce que j’ai appris de ce cuisant échec, mais aussi parce que j’ai compris l’importance, ô combien cruciale, de se doter d’un système de monitoring SEO digne de ce nom quand on est une agence.

Il en existe aujourd’hui qui font cela très bien: Oseox monitoring par exemple (oui, édité par le célèbre site Oseox, une référence SEO en France, qui n’a d’ailleurs pas changé de design en 7 ans).

Ce dernier vous permet de crawler de nombreuses fois par jour les URLs des sites qui vous sont chers (c’est à dire vos clients) et leurs critères SEO comme:

  • Entête HTTP
  • Changement dans le robots.txt
  • Balise TITLE
  • Meta Canonical
  • Meta robots
  • Entête X-ROBOTS TAGS
  • Entête Canonical
  • Configuration des domaines avec ou sans « www »
  • Tags et contenus
  • Etc.

Si le robot d’Oseox Monitoring repère un changement, il vous prévient automatiquement par email. S’équiper d’un tel outil, c’est rapide, pas cher et tout simplement indispensable.

Ainsi, vous pouvez surveillez les pages de vos clients générant le plus de chiffre d’affaires SEO, celles ayant de précieux backlinks, les mieux positionnées, ou encore votre pré-prod…

Autant vous dire qu’on en aurait bien eu besoin à l’époque, cela nous aurait permis d’éviter de faire perdre 700k€ de CA à un entrepreneur et nous aurions gardé un précieux client historique dans notre portefeuille.

2 thoughts on “SEO: Comment mon ancienne agence a fait perdre 700k€ à un client…

  • 19 août 2019 at 11 h 13 min
    Permalink

    Hello Matthieu

    Merci d’avoir pris le temps de tester.

    Petite précision, il n’a pas été refondu depuis son lancement, soit 11 ans 🙂

  • 19 août 2019 at 17 h 48 min
    Permalink

    @Aurélien : Merci pour cette précision ! 11 ans déjà… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *