4 procédés concrets pour des collaborateurs plus impliqués


 
Kézako?
36
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

4 Procédés concrets pour des collaborateurs plus impliqués

Nous recevons aujourd’hui sur le blog un spécialiste du leadership, Vincent Alaux : il a découvert l’importance du leadership en exerçant son métier de contrôleur interne.

Face au peu d’adhésion que ses propositions rencontraient, il a voulu apprendre les secrets pour obtenir plus d’engagement de ses collègues à ses projets. Il partage ses découvertes sur son blog Destination-Leadership, ou il donne à ses lecteurs les clefs du leadership.

  • Vous voulez savoir comment donner envie aux autres de vous suivre ?
  • Connaître les secrets pour développer un état d’esprit de conquérant ?
  • Apprendre à motiver efficacement vos subordonnés ?

Alors rendez-vous sur son site (vous pouvez commencer par ce quizz afin de savoir quel type de leader vous êtes)


Que diriez-vous si je vous offrais l’opportunité d’avoir des salariés plus productifs et moins absents ? Et ce, sans que vous ayez à dépenser le moindre euro, juste en vous donnant des clefs pour combattre un fléau qui touche très certainement votre entreprise.

Ce fléau est la démotivation au travail, problème qui concerne 54% de nos compatriotes.

Quand on travaille dans une entreprise, on le côtoie forcément et on ne sait pas toujours comment le gérer.

Pourtant il existe de nombreux articles sur le sujet, et même si ils sont d’une aide précieuse pour expliquer le problème ils proposent rarement des conseils simples et concrets pour le résoudre.
J’ai donc écrit cet article dans le but de vous proposer 4 actions immédiates qui vont vous permettre d’affirmer votre leadership et d’avoir des salariés plus engagés et plus motivés.

Avec ces 4 procédés vous aller impliquer les salariés dans la vie de votre entreprise, devenir plus crédible et améliorer leur satisfaction au travail.

1/ Expliquer et donner du sens

« La communication est le vrai travail du leadership. »
Nitin Nohria

Un leader est un créateur de sens. On pense souvent, à tort, qu’un salarié n’a besoin que des informations nécessaires à son travail. C’est une erreur, car le travail n’a pas qu’une utilité « alimentaire », il définit aussi en grande partie notre identité (sinon « que faites-vous dans la vie ? » ne serait pas l’une des questions posées en premier quand on rencontre quelqu’un).

C’est pourquoi vous devez donc fournir les clefs à vos subordonnés pour comprendre le contexte dans lequel votre entreprise évolue :

  • Qui sont vos clients?
  • Quelle est la situation de l’entreprise ?
  • Quelles difficultés rencontre-t-elle ?
  • Pourquoi vous avez choisi de prendre telle décision ?

Travailler dans une entreprise c’est partager le même bateau, respectez vos collaborateurs : tenez les au courant et soyez transparent. Si vous ne faîtes pas ce travail d’explication et de contextualisation, ils perdront confiance en vous et iront chercher l’information ailleurs.

2/ Emmener les autres avec vous

« Le leader doit être pratique et réaliste mais doit pourtant utiliser le langage du visionnaire et de l’idéaliste. »
Eric Hoffer

Lorsqu’on parle de leadership on entend souvent que l’on doit « posséder une vision »… Je ne sais pas pour vous, mais je trouve cette expression un peu « pompeuse ».

Quand on pense à des grands hommes comme Mandela ou Ghandi, nos projets peuvent sembler petits à côté de leurs accomplissements. Pourtant vous n’avez pas besoin d’avoir un projet grandiose pour posséder une vision, seulement d’imaginer le futur à moyen terme (2 à 5 ans) de votre entreprise.

Peut-être que votre entreprise n’a pas vocation à changer le monde, mais elle a certainement des projets:

  • Augmenter son revenu
  • Diversifier ses activités
  • Cibler un type de clientèle différent

Et peut-être même que vous avez fixé des objectifs en terme de chiffres d’affaires, de part de marché, de rentabilité ou de taille de l’entreprise. Vous avez donc une idée, même vague, de ce que vous souhaitez faire de l’entreprise. Et vous devez communiquer ce désir d’avenir auprès des salariés, leur donner envie de vous suivre. 

Comment ? En respectant ces 2 points.

a) Utiliser un langage concret et visuel

Staline disait : « Une mort est une tragédie, un million de morts est une statistique ». Il avait compris que notre cerveau est mauvais pour saisir le sens des données chiffrées. 

  • Dire, « D’ici 3 ans je veux voir 2 fois plus de camions quitter nos entrepôts le matin pour aller livrer nos clients » est plus compréhensible que « Je veux doubler notre chiffre d’affaires ».
  • Tout comme « Je veux que dans 5 ans la moitié des piscines de la région soient construites par notre entreprise » marchera mieux que « Acquérir 50% du marché ».
  • Faire ceci va vous permettre de rendre votre vision « réelle », « concrète », « tangible ».

b) Être optimiste mais réaliste

Vos mots doivent montrer que malgré les challenges que vous rencontrez vous savez qu’ensemble vous pouvez atteindre les objectifs que vous vous fixez. Vous avez déjà vu un leader blasé et négatif ? Moi non.

Un leader doit montrer qu’il croit en sa vision, remonter le moral de ses troupes après un échec. Son optimisme doit être une source d’énergie positive. Attention cela ne signifie pas ignorer les difficultés rencontrées, mais être celui qui voit le verre à moitié plein et prend du recul sur la situation.

3/ Être un exemple

 « L’exemple n’est pas la chose principale qui influence les autres. C’est la seule chose. »
Albert Schweitzer

Si vous pensez qu’il faut être « patron », « directeur » ou « président » pour être un leader vous vous trompez. Car ce n’est pas votre statut qui donne envie aux autres de vous suivre, ce sont vos actions.

Pour qu’un leader soit crédible, ses paroles doivent être alignées avec ses actes.

  • Que penseriez-vous d’un chef qui vous demande de respecter les clients mais passe ses journées à dire du mal d’eux ?
  • Ou d’un responsable qui vous demande de travailler tard le soir alors que lui quitte le bureau à 17 heures ?
  • Et comment réagiriez-vous face à un patron qui procède à des licenciements au motif que l’entreprise perd de l’argent alors que vous savez qu’il a récemment acquis une magnifique voiture de luxe « de fonction » ?
  • Est-ce que vous seriez enthousiaste à l’idée de suivre ce type d’individus ? Vous auriez envie de faire des heures supplémentaires ? De vous donner pour eux ?
  • Pas vraiment n’est-ce pas ?

C’est pourquoi ce que vous dîtes doit toujours être aligné avec ce que vous faites. Être un leader c’est prendre l’initiative et montrer l’exemple.

  • Vous voulez des salariés motivés et aimables ? Alors soyez motivé et aimable !
  • L’innovation est importante pour vous ? Montrez le et proposez des nouvelles approches et idées.
  • Vous ne supportez pas de commencer une réunion en retard ? Soyez d’une ponctualité irréprochable.

La crédibilité est la fondation de votre leadership. Vous avez envie d’être le sujet des moqueries de couloir, celui qu’on ne prend pas au sérieux ?
Alors tâchez de faire ce que vous dîtes et de dire ce que vous faîtes.

4/ Remercier souvent

« Les gens oublieront ce que tu as dit, ils oublieront ce que tu as fait, mais ils n’oublieront jamais ce que tu leur as fait ressentir. »?
Maya Angelou

Il existe un mot magique, que nous utilisons tous les jours, mais jamais assez. Et c’est dommage car il s’agit du mot le plus motivant du monde. Je veux parler du mot « merci », dont on sous-estime le pouvoir.

Il a été prouvé qu’il:

  • Augmentait la productivité et la satisfaction de personnes remerciées
  • Améliorait l’ambiance au travail
  • Rendait plus fort mentalement et en meilleure santé celui qui remercie

Vous avez donc tout à gagner à dire merci au travail plus souvent !

Car l’effet du merci est puissant mais il est temporaire, comme celui d’un bon verre de vin. Assurez-vous donc de dire merci régulièrement à vos collaborateurs afin de profiter de tous les effets positifs de la reconnaissance.

Je ne dis pas que vous devez devenir une « machine à merci » mais si vous félicitez et remerciez vos collaborateurs uniquement lors des entretiens annuels vous vous privez de ses effets bénéfiques. Et ce n’est pas parce que vous payez quelqu’un pour travailler que cela doit vous empêcher d’être reconnaissant.

Pour maximiser l’effet de vos remerciements assurez-vous qu’ils soient :

  • Immédiats (« merci pour ta réponse rapide il y a 6 mois » n’est pas très pertinent)
  • Spécifiques (« merci d’avoir travaillé jusqu’à 22H mercredi  » est beaucoup mieux que « merci pour ton super travail »)

Intégrez cette habitude dans votre vie et vous constaterez vite des changements positifs autour de vous.

Merci pour votre lecture !

Conclusion

Face au fléau de la démotivation au travail vous n’êtes pas impuissant.
Assumez votre rôle de leader et utilisez ces 4 procédés afin d’avoir des collaborateurs plus impliqués :

  • Expliquer et donner du sens
  • Emmener les autres avec vous
  • Être un exemple
  • Remercier souvent

Vincent Alaux vous donne les clefs pour devenir un leader sur son site Destination-Leadership. Vous voulez savoir comment donner envie aux autres de vous suivre ? Connaître les secrets pour développer un état d’esprit de conquérant ? Apprendre à motiver efficacement vos subordonnés ? Alors rendez-vous sur son site (vous pouvez commencer par ce quizz afin de savoir quel type de leader vous êtes)

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

2 thoughts on “4 procédés concrets pour des collaborateurs plus impliqués

  • 23 novembre 2017 at 8 h 55 min
    Permalink

    Bonjour Matthieu, merci pour cet article précieux sur le leadership. Je suis responsable là ou je travaille. Conseils que je vais mettre désormais en pratique. Je suis tout nouveau dans cette boite. Comment motiver les anciens de la boite ? Les nouveaux écoutent facilement mais les anciens difficilement. Merci d’avance.

  • 26 novembre 2017 at 3 h 22 min
    Permalink

    @Dominic : Merci pour votre commentaire.

    • Commencez par apaiser les esprits, et instaurer une atmosphère de bien être et de confiance au travail.
    • Renforcez les liens avec du team building.
    • Pensez régulièrement à motiver les troupes.
    • Cela ne vous empeche pas de rappeler continuellement vos règles du jeu.
    • Traitez tout le monde comme des adultes et déléguez au maximum pour les impliquer (et vous décharger).
    • Laissez de l’espace à l’initiative et à l’erreur, tout en faisant preuve de professionnalisme dans votre propre gestion de projets.

    En espérant que cette réponse vous sera utile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *