7 règles de management pour déléguer efficacement

calendar5 septembre 2009

|

categoryManagement

|

time reading 3 min

Consultez mes trésors

Abonnez-vous et recevez immédiatement un code secret pour accèder GRATUITEMENT à ma page cachée contenant +450 outils E-business

Vous acceptez de recevoir la newsletter de ce blog chaque semaine ainsi que des emails ciblés en fonction des données de navigation et de vos intérêts. Vous pourrez facilement vous désinscrire à tout moment via les liens de désinscription présents dans chacun de nos emails.

7 règles de management pour déléguer efficacement

Si il existe un pouvoir commun à tous les managers du monde, c’est bien celui de déléguer.

Le manager délègue quotidiennement. Mais le manager ne délègue pas forcément bien!

En effet, il n’est pas rare de rencontrer des professionnels qui ont littéralement perdu la foi dans la délégation, et qui s’inventent ensuite toutes les excuses possibles pour ne plus déléguer:

  • « Cela est plus long d’expliquer que de le faire »
  • « Ca ne sera pas bien fait »
  • « Les employés sont inefficaces et ne veulent pas assumer de responsabilités »

Et pourtant… Tous les enseignements en management seront d’accord sur ce point: déléguer, c’est important pour le manager comme pour le salarié.

Alors si vous aussi êtes touché par le syndrome de « je n’ai plus le temps car je veux tout faire moi même », voila 7 principes pour déléguer efficacement et avec brio!

1 – Bien déléguer commence par adopter une attitude correcte

Si vous avez suffisamment confiance en vous, en l’utilité de votre poste, vous ne vous sentirez pas menacé pas le fait que « Quelqu’un d’autre » exécute à votre place.

Aussi, la confiance est le socle d’une bonne relation entre un manager et son collaborateur. Alors;

  • faîtes confiance à la personne à qui vous déléguez
  • et soyez prêt à assumer les risques éventuels d’échecs, comme un manager responsable.

2 – Ne vous trompez pas en définissant « Quoi » déléguer a « Qui »

Managers, soyez-en convaincus, il faut déléguer:

  • le plus de tâches possibles,
  • jusqu’à l’échelon le plus bas.

A l’heure de confier une tâche, prenez en compte chez votre collaborateur:

  • Sa capacité à exécuter la tâche
  • Sa charge de travail actuelle (ne pas overbooker non plus!)
  • Son intérêt dans la réalisation de la tâche

3 – Adoptez une méthode pour déléguer de manière « cadrée »

  1. Fixez systématiquement des objectifs SMART lorsque vous déléguez.
  2. Communiquez ensuite à la personne l’enjeu de la tâche en question.
  3. Expliquez les possibles obstacles qui pourront être rencontrés.
  4. Orientez vous sur l’obtention d’un résultat, et non sur l’exécution d’une méthode (sinon ça s’appelle formation ;-))
  5. Établissez avec votre collaborateur les indicateurs d’efficacités & autres critères d’évaluation qui vous permettront de juger si le travail est « bon », « moyen », ou « mauvais ».
  6. Avertissez sur les conséquences d’un travail « bon », « moyen » et « mauvais ».

4 – Conférez à votre collaborateur le niveau adapté d’autorité et faîtes en part au reste de l’équipe

Déterminez clairement quelles sont les responsabilités et les « pouvoirs » de votre collaborateurs à qui vous déléguez la tâche. Puis, annoncez au reste de l’équipe l’autorité confiée à votre collaborateur.

5 – Fournissez le niveau de soutien et d’accompagnement adéquat

Être clair sur les moyens dont dispose votre collaborateur pour mener sa mission à bien. Lui en faire part en précisant quel degré d’aide le manager est prêt à apporter.

Si besoin est, n’hésitez pas à former votre collaborateur pour lui conférer une plus grande autonomie dans l’exécution de la tâche déléguée.

6 – Contrôler le processus de délégation

Il faut rester au courant de l’avancement du processus de délégation. Demandez un « reporting » régulier, même oral et/ou informel.

Conservez une communication ouverte et objective, basée sur les faits & les résultats, avec votre collaborateur.

7 – Evaluez la performance du processus de délégation

Faites un debriefing avec votre subordonné.

Comparez les résultats avec les objectifs. Analysez l’écart, et interrogez votre collaborateur sur les éventuelles variances.

Évaluez ensuite les comportements de votre collaborateur:

  • S’est-il comporté en accord avec le niveau de responsabilité et d’autorité accordés?
  • Pourrez vous lui confier plus de responsabilités la prochaine fois?
  • A-t-il été décevant? Pourquoi?

Terminez le processus en apportant une critique constructive, en appuyant votre discours sur les faits et les résultats du travail, qu’ils soient favorables ou défavorables.

Continuez Votre Lecture

Les 6 mots qui définissent un CV parfait
5 min

Les 6 mots qui définissent un CV parfait

Sur la dernière décennie, j’ai fait passer une cinquantaine d’entretiens d’embauche et revu au moins 500 CV de postulants. J’ai […]


Le Guide Ultime du Vendeur B2B

star
star
star
star
star

Price : € 18.99

Acheter en toute sécurité logo amazon

10 raisons de faire appel à une agence de communication webmarketing – Blog Business / WebMarketing / Management

[…] Et dans bien des cas, au lieu de faire de gros efforts pour comprendre comment faire, il vaut mieux déléguer. Bien sûr, vous pouvez toujours recruter une équipe en interne, mais l’embauche peut […]

calendar 23 Févvrier 2020 at 03 h 09 min

B2B: Comment mettre en place son dispositif d’Inbound Marketing? – Blog Business / WebMarketing / Management

[…] la mise en place d’un tel comité, vous déléguez et accélérer la prise de décision et donc la mise en oeuvre des ajustements nécessaires à votre […]

calendar 26 Févvrier 2018 at 17 h 41 min

10 leçons e-commerce cruciales tirées de 10 années d’expérience – Blog Business / WebMarketing / Management

[…] Ainsi, même si par la suite vous décidez d’externaliser la tâche ou de la déléguer: […]

calendar 10 Juin 2018 at 10 h 39 min

13 thoughts on “7 règles de management pour déléguer efficacement

  1. l dit :

    Merci pour cet article.
    Je suis tout à fait d’accord sur vos règles. La posture est importante. La manière de déléguer est un point d’attention. Le quoi et le qui sont cruciaux car souvent négligés : il y a beaucoup d’implicite qui aboutit généralement à une catastrophe car le collaborateur ne peut satisfaire le « contrat » du délégant s’il ne sait pas ce qui est précisément attendu de lui.
    Autre écueil commun, déléguer, ce n’est pas l’absence de contrôle. La confiance n’exclut pas le contrôle. La délégation n’exclut pas le contrôle non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *