L’histoire d’un fail e-commerce: quand les visuels produits sont à l’origine d’un dépôt de bilan

Post image of L’histoire d’un fail e-commerce: quand les visuels produits sont à l’origine d’un dépôt de bilan
Classé dans : Taux de Conversion 24 commentaires

 

PbVisu150 Lhistoire dun fail e commerce: quand les visuels produits sont à lorigine dun dépôt de bilan

L’histoire d’un fail e-commerce: quand les visuels produits sont à l’origine d’un dépôt de bilan

Lorsque l’on se lance dans le e-commerce, on rencontre des obstacles que l’on avait pas forcément anticipés. Il s’agit parfois de complications « bêtes et méchantes » mais qui pourtant peuvent être vitales pour votre e-commerce… L’histoire que je vais partager avec vous à de quoi faire froid dans le dos: elle souligne toute l’importance de soigner son imagerie produit et vous montre que dans le e-commerce, un petit grain de sable peut parfois enrayer toute la machine.
 
Dans le cadre de mes activités, j’ai eu la chance de travailler avec beaucoup d’e-marchands, de toutes tailles. Parmi eux, je me souviens de Guillaume, qui avait décidé de quitter son travail de salarié pour se lancer dans la vente en ligne de vêtement techniques pour la montagne. Tout avait été préparé avec soin:

  • Depuis la constitution du capital de départ,
  • jusqu’à la création de la charte graphique
  • en passant par le choix d’un assortiment produits différentiateurs
  • rien n’avait été laissé au hasard !

 
Et pourtant la boutique en ligne n’a pas survécu. Pourquoi? Car il y avait un « simple » problème de visuels produits…
 
Le marchand était dépendant de ses fournisseurs pour obtenir des visuels de produits. Or il a eu la mauvaise surprise de voir que beaucoup de marques:

  • transmettaient les visuels en retard
  • transmettaient une seule et unique vue du produit,
  • voir même ne transmettaient aucun visuel pour certaines références

 
Une situation embarrassante qui n’avait pas été anticipée dans l’élaboration du projet; l’entrepreneur comptait sur les marques avec qui il travaillait, car elles lui avait promis qu’elles seraient en mesure de lui fournir « clé en main » une imagerie de qualité… Grosse erreur!
 
A force de perdre du CA car les produits n’étaient toujours pas en ligne, ou passer des jours à rédiger des descriptifs produits de 1000 mots pour tenter de décrire ce que les photos ne montraient pas, l’entrepreneur s’est essayé à la prise de photo « artisanale » en confondant vitesse et précipitation… Un désastre.
 
L’expérience utilisateur variait selon les catégories, les marques, les fiches produits… Les visuels étaient clairement amateurs et n’étaient pas capable d’inspirer confiance aux acheteurs.

  • Le taux de conversion a chuté,
  • les investissements marketing pour recruter des clients ne servaient plus à rien
  • et les liquidités se sont épuisées…

 
Sans cash, il était devenu impossible d’investir dans la réalisation de vraies photos. En moins de 2 ans, ce projet e-commerce prometteur était devenu un cauchemar, et une véritable impasse business… Et tout ça, en partant d’une trop forte dépendance aux fournisseurs pour les visuels produits!
 
Depuis cette expérience, je garde à l’esprit que les visuels produits ne doivent pas être la « seconde roue du carosse ». Dans son livre blanc « Les enjeux e-business de la photo 2.0« , Packshot Creator reprend une étude qui révèle que

  • 81% des internautes classent comme premier frein à l’achat des photos produits peu visibles ou de mauvaise qualité
  • 58% des internautes plébiscitent les animations 360° ou 3D et seulement 0,50% une photo de produit, lorsqu’on leur demande leur préférence.

 
Vos visuels produits sont donc à la fois un levier de vente indispensable. Mais ne nous le cachons pas, c’est aussi un centre de coût à ne pas négliger, quelque soit les options choisies:

  • faire les visuels soi-même prend du temps. Les coûts cachés liés aux faibles performances est aussi à prendre en compte dans cette solution « artisanale ».
  • Mais de l’autre côté, faire réaliser les photos de ses produits par prestataire professionnel peut représenter un investissement important que les plus petits marchands ne seront pas prêts à faire.

 
Dans ce contexte les solutions toutes intégrées comme celle de Packshot creator sont séduisantes. Elles vous permettent de réaliser simplement et en moins de 10 min. des visuels de grande qualité (à 360° -voir en 3D- avec des technologies de zoom avancées). D’ailleurs les utilisateurs de PackshotCreator affirment que grâce à l’utilisation de leur solution 76% de leurs clients ont réduit leurs coûts de création de visuels et 64% ont augmenté leur chiffre d’affaires.
 
Alors en lançant votre e-commerce, ne prenez pas le risque d’avoir des histoires similaires à raconter: gardez comme credo de toujours offrir les meilleurs visuels produits qu’il vous est possible de réaliser, et pour cela, n’hésitez pas à envisager des solutions et à les budgéter au même titre que votre site ecommerce!
 

 
Publié par Matthieu   @   22 octobre 2012 24 commentaires
Tags : , , ,

Suivez cet article

RSS Digg Twitter StumbleUpon Delicious Technorati

24 Commentaires

Commentaires
oct 22,
10 h 24 min

Tiens fait un test intéressant : propose à un e-commerçant de dépenser 1000€ en Adwords , il est OK dans 99% des cas. Propose de dépenser 1000€ en photo, le taux tombe très très bas ;)

oct 22,
11 h 06 min
#2 Ghislain :

Quel dommage! Mais quand bien même Guillaume aurait eu des photos de bonnes qualités de la part de ses fournisseurs, ce qui l’aurait déjà bien aidé, cela n’empêche que les concurrents proposant les mêmes produits auraient proposés des photos identiques. Ce qui pour moi est clairement un gros point noir.

S’acheter un petit réflex, prendre un petit cours de photo avec un pro, créer son studio (ou en acheter 1) et en route pour des photos belles et uniques. Que vous pourrez également envoyer à la presse pour un article (car celle ci ne veut que du HD).

Ou bien acheter directement un packshot creator.. tout dépend du temps et de l’argent disponible.

Auteur oct 22,
13 h 15 min
#3 Matthieu :

@Benoit: C’est effectivement une idée de test très intéressante. On connait déjà les résultats… C’est pour cela que j’ai souhaité rédiger cet article: pour rappeler que réussir en e-commerce, c’est savoir faire venir des visiteurs sur sa boutique -certes- mais c’est aussi soigner son taux de conversion. Et le taux de conversion, ce n’est pas que des règles ergonomiques, c’est aussi des bons visuels !

@Ghislain: Je suis d’accord avec ton approche: si les fournisseurs transmettent les visuels, tout le monde à les mêmes! Après tout il s’agit bien du même produit… Et si le e-marchands n’est pas pénalisé c’est déjà ça. Il est certain que dans un contexte où les visuels produits soient tous homogènes, la qualité des photos est un paramètre de « base »: de belles photos ne fait pas plus vendre, mais des photos moches provoque le départ immédiat du visiteur ! Il appartient alors à chaque marchand de trouevr d’autres axes de différentiations (prix, service, assortiment produit, stratégie de visibilité, etc.).

oct 22,
16 h 38 min

Oui, le visuel est souvent le parent pauvre dans les couts prévisionnels des projets web.

Et pourtant comme vous le soulignez, il est indispensable de ne pas le négliger !

Merci pour ce retour d’expérience très emblématique.

PS : Petite coquille dans la dernière phrase : « n’hésitez pas à envisagez [...] votre site ecommerce! »

oct 22,
18 h 37 min
#5 André :

Salut !
Je suis complètement d’accord avec l’article. Après avoir pris conscience que mes photos n’étaient pas terribles, j’ai investi cette semaine dans un réflex et je vais prendre des cours avec un pro. Personnellement, le visuel participe beaucoup à mes actes d’achat.

Dernier article : L’automne

Auteur oct 23,
10 h 18 min
#6 Matthieu :

@Andre & @Nicolas: Merci pour vos commentaires.

oct 25,
9 h 33 min
#7 Michel :

C’est clair que pour des achats à faire à distance, la seule chose qu’on a vu qu’on peut pas voir en vrai ni toucher ce sont les photos, alors si on en a pas, ou si elles sont mauvaises, c’est mal barré, moi ça ne me donne pas envie d’acheter.
Donc une solution intégrée comme celle indiquée, ou un bon appareil et surtout appliquer des techniques professionnelles, ça parait indispensable.

nov 2,
11 h 13 min

C’est clair, le référencement c’est bien, mais si le site ne ressemble à rien et les photos font amateur, ça ne sert à rien.
Des photos pros et rapides à charger, c’est un minimum!

nov 4,
21 h 15 min
#9 raphi :

Et oui il ne faut pas hésiter a dépenser de l’argent dans du bon matériel photo plutôt que d’attendre le retour des fournisseurs! Que de temps et d’argent perdu a cause d’une « confiance » mal-placé!

Cordialement

Auteur nov 16,
1 h 32 min
#10 Matthieu :

@ Michel: Effectivement sans visuels de qualité, difficile de convertir!

@ Samuel: C’est exactement cela… c’est comme jeter l’argent par les fenêtres !

@Raphi: La confiance est effectivement « le » grand enjeu des visuels produits. C’est aussi un vecteur principal dans la séduction du chaland et le développement des ventes

déc 5,
23 h 08 min
#11 Erwan C :

article très intéressant. Il s’est sûrement mal pris car il n’a pas su anticiper. Avant d’ouvrir sa boutique, tout doit être en place et les photos aussi. Comme dit Sylvain, on vend des photos. Si le gars ne lui fournissait pas les photos, il aurait dû se démerder plus tôt tout seul ou avec un pro. En tout cas cela souligne un point essentiel de petites erreurs qui sont lourdes de conséquences. Je note.

ps : j’adore la photo d’illustration

Auteur déc 6,
21 h 43 min
#12 Matthieu :

@Erwan: Merci pour ce commentaire. La photo d’illustration est bien trouvee n’est-ce pas? ;-)

jan 20,
13 h 05 min
#13 Eddy Woj :

Je pense également que le visuel a son importance sur internet dans la mesure où on ne peut pas toucher le produit comme on le ferait dans un magasin. Si le visuel est mauvais on peut avoir des doutes sur la qualité du produit et le sérieux de l’entreprise. Il est certain que la création des visuels (photo, vidéo) a un coût, en revanche le visuel contribue à développer les ventes, c’est ce qui est le plus important en termes de retour sur investissement.

Auteur jan 20,
22 h 56 min
#14 Matthieu :

@Eddy Woj: Tout a fait d’accord

fév 2,
23 h 57 min
#15 Pixel360 :

En effet, on ne le répétera jamais assez. Le visuel est sans doute la chose la plus importante d’une fiche produit.
Pour certaines typologies de produits, une image (même de très bonne qualité) est même insuffisante. Il faut se servir des vues à 360 degrés, des zoom XXL et des mises en ambiance pour des produits technologiques par exemple, ou encore pour du mobilier.

Trackbacks to this post.
Ecrire un commentaire

Subscribe without commenting

Article précédent
«
Article suivant
»