Immobilisme managérial: les risques associés à l’attitude « on ne change pas une équipe qui gagne »


 
Kézako?
31
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

 

Immobilisme managérial: les risques associés à l attitude on ne change pas une équipe qui gagne;

Immobilisme managérial: les risques associés à l’attitude « on ne change pas une équipe qui gagne »

Bastien me le disait encore à la dernière soirée où nous nous sommes retrouvés: encore beaucoup de décideurs business croient au proverbe « on ne change pas une équipe qui gagne ». Cette croyance veut que « quand on a en main une solution ou une combinaison qui fonctionne, on ne la change pas sans raison. Il faut la conserver de manière à en tirer le plus de réussites et de bénéfices possibles » (Source).

Grosse erreur.

Suivre ce principe amène les managers à rester à tout prix dans leur zone de confort. C’est une attitude fatale, dans un monde économique qui change. Croire qu’il faut toujours continuer ce que l’on a toujours fait entraîne les dirigeants à devenir myopes, et à se convaincre que le monde ne tournera pas sans eux.

Ce billet d’humeur vous expose pourquoi, si vous, vous adhérez aussi au proverbe on ne change pas une équipe qui gagne, vous mettez votre business en péril.

L’illusion de capitaliser sur ce qui fonctionne, alors que le monde bouge

> L’analogie avec le sport

Le monde change, par la force des choses, et votre responsabilité est d’adapter votre business au fil des époques.

Faisons l’analogie avec le sport: même si les règles du jeu restent les mêmes, on peut dire que chaque sport a beaucoup évolué dans le style.

  • Le basketball est plus spectaculaire,
  • le tour de France est toujours plus extrême dans les records,
  • les records mondiaux d’athlétisme explosent,
  • les joueurs de tennis ont une vitesse de service 2 fois plus rapide qu’il y’a 20 ans…

Même règle du jeu, mais de nouvelles manières de jouer.

Pourquoi? Car le temps passant, de nouveaux joueurs & de nouvelles équipes sont arrivées, et ont façonné le style de jeu d’une manière différente qu’avant.

> Ne faites pas l’aveugle: votre marché évolue

Croire qu’en ne changeant pas, tout va aller mieux, c’est comme penser que l’argent pousse sur les arbres

Le marché dans lequel vous opérez est déjà « trop complexe » pour avoir la prétention « d’être aux manettes ». Vous avez beau vous accrocher à vos acquis, le train ne vous attend pas, et il avance. Plus il s’éloigne, plus vous prenez du retard. Et que vous le vouliez ou non, votre écosystème business change:

  • vos clients évoluent alors que la population devient plus âgée
  • les marchés émergents donnent de nouveaux horizons à anticiper & conquérir
  • les technologies, le digital, avancent à grande vitesse et chaque jour de nouveaux concurrents vous devancent (+17% de sites marchands en 2012)

> En refusant le changement, vous courrez après le court terme

Vous refusez de lancer des changements, de tester de nouvelles manières de faire, parce que « ce n’est pas le bon moment »? Pour ne pas changer, l’être humain peut être capable de se convaincre de beaucoup de choses… Vous trouverez toujours une « excusite » qui vous empêchera de vous jeter à l’eau, de faire évoluer et croître votre business en sortant de votre zone de confort… Mais cela est nécessaire et sain, aussi terrifiant que cela puisse paraître.

La trésorerie, le management des équipes, les problèmes clients, les retards fournisseurs, les erreurs informatiques… Voilà ce qui occupe votre journée. Et pourtant, en tant que stratège de votre business, votre rôle est de donner une vision à 10 ans, et d’assurer la pérennité de l’entreprise. Ne vous laissez pas rattraper par le quotidien: prenez du recul, et passez du temps à « sentir » ce qui se passe sur votre marché et dans quel sens vous devez évoluer, ou vous améliorer.

Echouer en essayant n’est pas grave: ne pas essayer l’est beaucoup plus

> « Savoir changer » est un facteur clé pour la réussite à long terme d’une entreprise

Ce n’est jamais facile de changer. Et il faut considérer que toutes les initiatives de changement ne réussissent pas. Ce n’est pas pour rien que seul 1 lancement de produit réussit sur 3000... Mais le fait est que les entreprises qui réussissent sont celles qui sont à l’aise dans le changement, et qui ont la capacité de se « ré-inventer » perpétuellement. Au contraire, les sociétés qui s’accrochent « à ce qu’elles savent faire » ont beaucoup de chances de mourir à long terme.

  • Prenez Apple: la situation n’était pas gagnée d’avance jusqu’à ce que Steve Jobs reprenne les commandes du navire et lance le succès phénoménal des Iphones / Ipad.
  • Une marque comme Samsung, il y’a encore 10 ans, était connue uniquement pour l’équipement électronique. Aujourd’hui, le groupe s’investit dans les secteurs de la construction, la pétrochimie, la mode, la médecine, la finance et l’hôtellerie.

Et que ce passe-t-il quand une entreprise refuse le changement et fait l’autruche pendant trop longtemps? Elle décline… Connaissez vous l’histoire de Kodak? Savez vous pourquoi la société, en 2012, était menacée de faillite? Car elle n’a pas su anticiper & gérer le virage du numérique. Kodak est resté trop longtemps dans une vision stratégique où l’argentique continuerait de dominer le marché.

> Change, or die trying : le courage compte plus que tout

Si vous souhaitez que votre business se développe et « vous survive », vous devez accepter de « réinventer » votre activité constamment. Au moins ne pas rester immobile et tester constamment de nouveaux relais de croissance. Refuser de changer, de tester de nouveaux relais de croissance, équivaut à rendre l’entreprise « aveugle ». Aveugle des attentes, usages & comportements des clients.

Il est inutile de se dire sans cesse « nous l’avons toujours fait comme ça ». Dans un monde aussi turbulent, votre entreprise doit mettre « l’adaptation » au coeur de sa stratégie.

Vous accrocher aux acquis ne sert à rien, sinon renforcer votre myopie managériale.

 

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

2 thoughts on “Immobilisme managérial: les risques associés à l’attitude « on ne change pas une équipe qui gagne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>