Ces variations sémantiques qui améliorent votre classement sur Google


 
Kézako?
55
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+
Ces variations sémantiques qui améliorent votre classement sur Google

Ces variations sémantiques qui améliorent votre classement sur Google

Le titre est aguicheur n’est-ce pas?

Malheureusement, je ne vais pas vous donner une liste de mots magiques qui vont propulser votre site en tête des classements Google (ex: placez le mot « ornithorynque » 2 fois dans des balises <h3> pour sortir à coup sûr en 1ère position sur n’importe quel mot clé).

Si je le faisais, je serais certainement marabout et non marketer digital… Non, mon billet porte sur un de mes sujets favoris : savoir produire un contenu de qualité pour améliorer son référencement naturel.

Rédiger des contenus est la base du SEO

Il n’y a pas de recettes magiques pour « tromper » l’algorithme de Google. Mais nous sommes certains d’une chose : ce dernier dévore des contenus ! Autrement dit, votre contenu doit être la pierre angulaire de votre SEO « on-site ». Après tout, ce sont vos lignes de textes qui « parlent » à l’oreille de Google… Sans contenu, pas d’indexation, pas de classement !

content is king meme

Or, les mots ne sont pas tous égaux vis-à-vis des moteurs de recherche, qui restent des robots appliquant un traitement systématique aux données qu’ils reçoivent.

  • C’est pourquoi vous devez absolument choisir les bons termes,
  • et les champs sémantiques justes,
  • pour espérer vous voir remonter dans les résultats de recherche.

Rédiger des textes optimisés pour le SEO n’a rien à voir avec la densité des mots clés

Lorsque l’on évoque « les bons termes », nous parlons en réalité d’une savante alchimie dans la manière dont vous rédigez vos textes. En aucun cas nous ne faisons référence à la densité d’un mot clé dans un article.

La densité de vos mots clés est d’ailleurs un sujet un peu « démodé » dans le monde SEO. Son impact à souvent été contesté, et peut même être néfaste à votre référencement, car jugé comme « articiel » par les moteurs de recherche. C’est ce que l’on appelle le « keyword stuffing » dans le métier (bourrage de mots clés en Français).

  • Pour éviter ce piège, Matt Cutts conseille de lire votre texte à voix haute
  • et de vérifier que l’utilisation d’une expression clé n’est pas trop redondante et ennuyeuse pour votre audience.
  • C’est ainsi la garantie de ne pas paraître trop « faux » et suroptimisé aux yeux des humains, mais aussi des moteurs.

Il ne faut pas répéter inlassablement ses mots clés. Il est profitable en revanche de soutenir votre ligne éditoriale par un cadre sémantique qui, dans l’ensemble, rendra le texte pertinent sur un sujet donné (et donc potentiellement qui gagnera plus facilement les faveurs de Google dans ses classements).

Un moteur de recherche n’a pas notre capacité à déterminer si un texte est “intéressant” dans le fond, mais il peut aisément déterminer si celui-ci est riche et ciblé.

Les mots que vous choisissez : le premier facteur de classement SEO pour vos contenus

Comme vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessous, il a été établi que la pertinence des termes employés est le facteur SEO le plus important pour vos contenus.

SEO ranking factors 2015 searchmetrics

Source : SearchMetrics, Ranking Factors 2015

 

La sémantique de vos contenus doit donc s’optimiser pour booster votre SEO. J’ai déjà abordé le sujet il y’a quelques semaines, en détaillant notamment le concept de cocon sémantique, imaginé par Laurent Bourelly, auto-proclamé SEO Rockstar : avec la montée en puissance de l’algorithme Google, le moteur de recherche cherche du sens derrière les mots. En réalité, Google ne s’en tient pas qu’aux termes : il associe les requêtes à des thèmes entiers. Le référenceur doit donc faire en sorte que ses pages soient construites de manière à pouvoir identifier rapidement le sujet présenté, et construire une architecture de liens internes cohérentes entre des pages du site qui seront « sémantiquement proches ».

Si l’on se concentre sur l’optimisation sémantique uniquement, le rédacteur doit étoffer sa production pour couvrir tout un champ lexical, et non simplement un mot clé. Par exemple, le terme « Michael Jordan » est souvent associé avec « Dunk », « stats », « retraite » ou « Wizards » (la dernière équipe dont le joueur de basket faisait parti). Une page web qui contient ces termes connexes est plus susceptible d’être bien positionnée sur la requête « Michael Jordan » qu’une page qui ne contient pas de termes connexes.

Des outils pour « choisir les bons mots »

Dans ce contexte, vous comprendrez qu’optimiser le SEO de ses contenus demande au rédacteur une minutieuse séléction des mots qu’il emploie. La bonne nouvelle est qu’il existe des outils pour vous aider à réaliser cette tâche de manière plus productive.

Dans mon précédent article sur l’optimisation de contenu, je vous présentais Occurus, un outil qui vous permet de produire des contenus plus riches grâce à une visualisation complète des termes employés en commun par les sites déjà classés dans la SERP (vos concurrents en somme). D’autres outils encore existent.

Récemment je suis tombé sur 1.fr, que j’ai immédiatement enregistré dans mes favoris ! Concrètement, l’outil peut analyser votre article, puis faire des propositions de champs lexicaux que le rédacteur pourra choisir d’intégrer dans son édifice éditorial.

  • Pour cela, il vous suffit de renseigner l’URL de votre texte,
  • et l’expression clé sur laquelle vous souhaitez vous positionner.
  • Une myriade de thèmes à développer apparaissent alors à l’écran, pour guider votre rédaction.

capture optimisation 1fr

Conclusion

Attention: une sémantique optimisée ne permet pas à elle seule de dominer tous les classements. Le SEO est une science empirique, inexacte, et infiniment complexe. De multiples facteurs rentrent en compte au-delà de vos seuls contenus :

  • votre netlinking (liens pointants vers votre nom de domaine),
  • l’expérience utilisateur,
  • votre présence sur les réseaux sociaux,
  • les aspects techniques (comme le temps de chargement)…

Top-of-Google SEO

Même si le contenu n’est pas l’unique facteur à prendre en compte pour réussir son SEO, c’est une « fondation » que vous ne devez en aucun cas négliger.

C’est pourquoi vous devez vous efforcer de choisir « les bons mots », ceux qui maximiseront vos chances d’apparaître dans les classements des moteurs de recherche.

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

3 thoughts on “Ces variations sémantiques qui améliorent votre classement sur Google

  • 8 novembre 2016 at 19 h 51 min
    Permalink

    Bonjour Matthieu,

    Excellent, ton outils me rappelle Gnoctiz (je ne suis pas sûr de l’orthographe) que j’utilisais en permanence pour améliorer mes positions.

    UN GRAND MERCI pour cet échange.

    A++
    Serge

  • 9 novembre 2016 at 0 h 11 min
    Permalink

    @Serge : Effectivement les plus anciens se souviendront bien de Gnoztik ;)

  • 16 novembre 2016 at 17 h 52 min
    Permalink

    Sinon,en prestations payantes il y a Visiblis et les Metamots de Christian Méline qui permettent également de jouer avec les champs sémantiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>