Les 2 choses a retenir de l’analyse 2013 de Mary Meeker


 
Kézako?
3
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

 
Chaque année, la venture capitalist et analyste Tech Mary Meeker publie un rapport très réputé sur le business digital. Le dernier en date a été présenté le 29 Mai dernier à la conférence californienne D11. Comme à chaque fois, Mary Meeker soulève des sujets très intéressants, et des tendances fortes, très suivies par les acteurs du digital. De ces 117 slides, je retiendrai principalement 2 grands messages.
 

Au porte d’un monde où le digital épouse pleinement la mobilité

Nous sommes déjà dans l’ère mobile

Le trafic mobile sur Internet augmente à un rythme soutenu. Il se multiplie en moyenne par 1,5 chaque année. La croissance est exponentielle, et le rapport prévoit une continuité dans la tendance.
 
Du point de vue du mobile, personne sur le globe n’est vraiment en retard. Dans le Top 15 mondial du nombre d’abonnés mobiles, on retrouve tous les pays BRIC (slide 40). L’adoption technologique est également rapide: il n’y a qu’a voir la croissance des tablettes, 3 fois plus forte que celle du mobile (Slide 44), pour comprendre que la mobilité est un phénomène que rien ne pourra arrêter.

A l’aube de nouvelles manière de concevoir la mobilité

Certains pays nous permettent de préfigurer ce que sera l’avenir proche: un monde plus mobile que « desktop ». Et contrairement aux idées reçues, ce n’est pas du côté des US qu’il faut regarder mais de l’Asie !

  • En Chine, le trafic internet mobile a déjà dépassé le trafic « Desktop PC » (Slide 33).
  • En Corée du Sud, les utilisateurs font plus de recherches sur leurs mobiles que sur leurs ordinateurs (Slide 34).

 
Et ces nouvelles habitudes se globaliseront à coup sûr.

Ainsi, nous allons changer de paradigme très bientôt: l’expérience digitale ne se concevra plus pour une posture « statique » derrière un écran d’ordinateur, mais en pleine mobilité sur des écrans de plus en plus hétérogènes.

Nous avons des ordinateurs portables, des mobiles, des tablettes, des GPS… Et ce n’est pas fini ! L’arrivée de nouveaux terminaux, comme les Google Glasses vont amener leur lot de nouveaux usages. Ce que Mary Meeker appelle les « wearable devices » pourraient être une réponse plus confortable pour ce que nous faisons environ 150 fois par jour sur nos smartphones (slide 52).

Une mutation de notre environnement pour le rendre « compatible » avec nos experiences digitales

La révolution mobile entrainera mécaniquement un changement de notre environnement.

Pour s’adapter à nos nouveaux usages, le monde va devenir « scannable » comme le montre la diapositive 63. Cette habitude de « scanner » son environnement a été multipliée par 9 en Chine, entre 2012 et 2013. Dans 75% des cas, les Chinois dégainent leur smartphone et scannent pour bénéficier d’une promotion ou interagir avec de la publicité. On imagine déjà l’effet levier considérable du mobile sur les techniques marketing de demain
 
D’un point de vue technologique, on imagine également que l’inter-opérabilité des systèmes sera favorisée avec la concentration des systèmes d’exploitation mobile (slide 7). Moins il y’a de plateformes différentes, plus les acteurs économiques pourront s’appuyer sur un « standard » pour développer facilement du contenu et des applications mobiles.
 
Reste encore un défi de taille pour un monde pleinement digital et mobile: s’assurer que 100% du globe puisse être connecté. Ce défi est en passe d’être relevé avec le projet Loon, qui vise à envoyer des ballons dans la stratosphère pour déployer Internet sur l’ensemble de la surface du globe.

Attendons nous à voir émerger de nombreux modèles économiques

Un monde économique qui s’articulera autour du digital

C’est une réalité que personne ne peut nier. Le monde économique de demain se construira autour du digital.
Le rapport estime qu’en 2015, 8 Zettabytes de contenus seront créés et partagés dans le monde. Ce changement de paradigme – articulé autour des contenus & de la donnée digitale – demandera à toutes les entreprises d’intégrer un nouveau métier: celui de manipuler de la donnée, mieux que la concurrence. Ce nouveau métier demande aussi une meilleure transparence des entreprises envers ses utilisateurs, qui accorderont toujours plus d’attention à la confidentialité & l’usage de leurs données. Mais il est évident que cette « rupture » offre beaucoup de nouveaux horizons aux entreprises.
 
L’école et la santé sont les deux prochaines industries où le digital apportera une rupture forte, et un véritable changement de paradigme.

  • Lorsque l’on voit que 1 étudiant américain sur 3 a déjà suivi au moins un cours en ligne et qu’il y’a plus de 60M de téléchargements dans ItunesU, on comprend que le digital va être un grand levier pour l’éducation.
  • Côté santé, Les services comme Jawbone ou My fitness Pal qui collectent des données sur notre propre corps ont de beaux jours devant eux. La télé-santé est aussi un enjeu fort pour les Etats d’aujourd’hui, écrasés par le point des dépenses et une croissance économique faible.

De nouveaux business models en pleine émergence

Dans ce monde où le digital s’ancre dans nos habitude de vie, on voit apparaitre des innovations d’usage, ou de nouvelles manières de réaliser telle ou telle tâche.
 
L’exemple donné dans le rapport sur Waze (slide 23) illustre bien ce que peuvent devenir les modèles économiques de demain: un entremêlement entre la donnée, et le communautarisme, avec une valeur ajoutée pour l’utilisateur, l’entreprise mais aussi toute une société.
 
D’autres exemples montre que le digital – de manière générale- permet de révolutionner les filières.

  • L’exemple de AirBnB (Slide 105) qui vous permet de séjourner dans des logements privés avec une expérience « hotel » n’aurait jamais été possible sans l’usage très répandu de l’internet.
  • Dans notre quotidien, la télévision à la demande a révolutionné nos habitudes de consommation des contenus TV: le digital nous permet aujourd’hui de voir ce que l’on veut, quand on veut et sur l’écran que l’on souhaite.
  • L’idée également que votre smartphone puisse être aussi votre porte monnaie n’est plus un doux rêve, grâce au digital.

Les entreprises digitales ont plus que jamais besoin de CEO passionnés et de main d’oeuvre talentueuse

Le monde des entreprises de demain a besoin de leaders passionnés. Pour réussir, les entrepreneurs Tech ne devront plus seulement être des hommes d’affaires et convaincre des investisseurs. Ils devront aussi être des amoureux de leur produit et de la manière dont il l’offre au monde, car c’est ainsi que se développent les innovations. C’est par des leaders passionnés qu’ont émergé des services comme Instagram, Pinterest, Spotify, SoundCloud…
 
Mais la passion ne servira à rien si l’entrepreneur ne fédère pas autour de lui la main d’oeuvre talentueuse qui permettra de transformer sa start up en une entreprise pérenne. La photo de la Silicon Valley (slide 90) démontre que les start ups se livrent une vrai guerre des talents. Pour nourrir l’innovation constante requise par le marché d’aujourd’hui, les entreprises auront encore plus besoin demain qu’aujourd’hui de recruter les meilleurs.
 

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

11 thoughts on “Les 2 choses a retenir de l’analyse 2013 de Mary Meeker

  • 25 juin 2013 at 10 h 37 min
    Permalink

    Bonjour,
    En ce qui concerne les ballons dirigeables de Google pour que le monde entier soit connecté au net, c’est un formidable challenge. Et à partir de ce moment là, c’est vrai que la donne changera et que les perspectives seront toutes autres.

  • 27 juin 2013 at 17 h 20 min
    Permalink

    Bref, un monde cauchemardesque…

  • 27 juin 2013 at 21 h 47 min
    Permalink

    @Fred: Et de manière plus précise, qu’est-qui vous apparait comme cauchemardesque?

  • 28 juin 2013 at 14 h 36 min
    Permalink

    Cela peut sembler cauchemardesque pour beaucoup de personnes, et c’est un point de vue que je respecte, mais il faut vivre avec son temps. Aujourd’hui Internet est partout, les terminaux mobiles aussi, et donc les comportements changent.
    C’est une évolution normale après une innovation technologique majeure, tout comme l’électrique ou la voiture à l’époque…

  • 1 juillet 2013 at 11 h 08 min
    Permalink

    C’est vrai que lorsqu’on vois les premières slides de la présentation, on peut déplorer certaines choses : Les concerts ou les gens filment et twittent plus qu’ils ne dansent par exemple.
    Après sans aucun doute beaucoup de ses innovations vont encore améliorer le niveau de vie de nous tous, ce qui reste très positifs.

  • 30 juillet 2013 at 10 h 13 min
    Permalink

    Oui, tout le monde est passé au digital, un exemple simple que l’on voit tous les jours à Paris: la moitié des gens sont sur leur smartphone ou tablette…
    On dirait des zombies accros à Internet! Après ce n’est pas plus mal, il faut dire que l’accès à l’information est devenue facile!
    Merci pour cet article.

  • 31 juillet 2013 at 23 h 21 min
    Permalink

    @Freddy : « C’est une évolution normale après une innovation technologique majeure, tout comme l’électrique ou la voiture à l’époque… » 100% d’accord

    @Marc / @Domaine Chazy: Effectivement, même si le digital reste un progrès, il comporte aussi son lots d’usages que l’on déplore.

  • Pingback: SEO : Quel futur pour le Search? | Blog Business / WebMarketing / Management

  • Pingback: Les 2 choses a retenir de l’analyse 2013 ...

  • Pingback: Les 3 choses a retenir de l’analyse 2014 de Mary Meeker | Blog Business / WebMarketing / ManagementBlog Business / WebMarketing / Management

  • Pingback: SEO : Quel futur pour le Search? | Blog Business / WebMarketing / Management

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>