SEO : Va-t-on arrêter de référencer naturellement les sites Internet ?


 
Kézako?
3
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

Formation SEO par Olivier Andrieu

SEO : Va-t-on arrêter de référencer naturellement les sites Internet ?

SEO : Va-t-on arrêter de référencer naturellement les sites Internet ?

L’acquisition de trafic est le nerf de la guerre du E-business. Et pour faire venir des visiteurs sur son site, force est de constater que Google est incontournable.

Oui mais voilà, Google est une belle demoiselle capricieuse. Elle n’hésite pas à vous en faire voir de toutes les couleurs en changeant ses humeurs.

Dernièrement, on anticipe des évolutions dans le métier du «référencement de site Internet ».

De nouveaux enjeux se posent aux professionnels du SEO.

  • Les « trafic managers » vont très certainement devoir faire évoluer leur métier,
  • et les annonceurs E-business vont devoir s’accoutumer à quelques changements.

Alors :

  • Est-ce que être « référencé » sur Google veut encore dire quelque chose ?

  • Devons nous changer nos pratiques de référencement d’un site Internet ?

Petit récapitulatif des dernières tendances de la belle Google, susceptibles de changer les pratiques de référencement d’un site Internet.

1 – Une révolution controversée : la personnalisation des résultats de recherche dans Google

> Les débuts de la personnalisation des résultats de recherche

Les heureux détenteurs de compte Google s’en seront tous aperçus ; Google tient compte des recherches passées de l’internaute pour modifier les résultats proposés en fonction des requêtes & des choix déjà effectués.

Mais pour cela,  au départ, il fallait être « loggué » sur son compte. Une simple expérience m’a permis de m’en rendre compte en comparant les positions d’un même site, tout en étant « loggué » et « déloggué » :
DifferenceDeRecherche

Et cerise sur le gâteau, chaque résultat peut-être commenté, supprimé, ou promus dans le classement des recherches.

-> L’internaute a droit de vie ou de mort sur votre positionnement dans le moteurs de recherche.

FonctionnalitesCompteGoogle

> Un phénomène qui concerne désormais TOUS les internautes

Aujourd’hui, c’est officiel, n’importe quel internaute va être concerné par la personnalisation des résultats. L’historique de chaque internaute sur 180 jours sera repris, grâce à un cookie.

Je vous laisse apprécier l’annonce en vidéo :

> Professionnels du web ; démerdez vous pour expliquer ce phénomène à vos clients

Au-delà de l’aspect « flicage » de Google, ce changement n’est pas sans conséquence pour les professionnels du référencement SEO.

Cela signifie que, désormais, chaque internaute aura une page de résultat différente. Adieu donc la notion de positionnement…

On savait que Google n’aimait pas les référenceurs & les gens qui essaient de tricher avec l’algorithme sacré… Mais là, cela sonne comme un vieux slogan de marque de consoles vidéo – Google, c’est plus fort que toi.

Je vous raconte pas le bordel que cela va être ! Je m’imagine au téléphone avec un client :

  • « Vous voyez que votre site occupe la 3ème position ?
  • Non pas chez moi, il est en 8ème position
  • Ah…
  • Et mon associé a vu hier depuis chez lui que le site était en 15ème position
  • Ok tout le monde, on enlève tous ses cookies, et on recommence ! »

Et même en supprimant les logiciels espions, on ne découvrira pas ce que « les autres » verront, eux, sur leurs écrans.

Chris Boggs de SearchEngineWatch avait déjà mis le doigt sur cette complexité dans le discours client : « For SEOs, this creates additional confusion in explaining to our clients that the Google results they see in their browser are not necessarily what others see.”

Je vous assure qu’il faut voir la tête d’un chef d’entreprise quand vous lui annoncez cela en pleine figure… Il vous répond le plus souvent :

« Alors ? Est-ce que mon site il pourra quand même être en haut de Google ou pas ? » ;-)

> The “AdWord” is Yours…

Du tac-au-tac vous répondez à votre client qu’il reste la solution AdWords pour se « garantir » la visibilité maximale sur une expression clé.

Mais le mécanisme est vicieux:
-> Lorsqu’il va devenir de plus en plus «impossible » de se positionner naturellement sur des expressions clés…
-> et bien ce sont les budgets AdWords qui vont augmenter….
-> La concurrence va devenir de plus en plus drastique sur le référencement payant
-> Et le CPC/CPA va exploser
-> Le SEA va devenir de plus en plus technique
-> et l’investissement direct (budget adwords) et indirect des annonceurs va exploser…

  • + de travail d’optimisation
  • + systématique
  • + fréquent

Moralité de l’histoire?

-> Des $ de revenus en perspective pour Google
-> et des € de charges supplémentaires pour l’annonceur!

> Faire connaître son business via le référencement organique risque de devenir de plus en plus compliqué

Désormais, plus vous cliquerez sur un résultat précis, plus ce résultat « montera » dans Google sur votre machine.

Exemple, en matière de référencement :
– si vous visitez WRI ou Abondance régulièrement,
– ils seront toujours en pôle position sur votre écran dès que vous ferez une requête sur de l’info SEO dans Google!

Bref, poussé à l’extrême, on comprend ici que le système pousse à toujours consulter les mêmes sites dans une catégorie de recherche précise.

Comprenez ici que si votre marque n’est pas dans le « top of mind » du cyberacheteur pour votre catégorie de produits/services, il va être encore plus coûteux de conquérir de nouveaux clients avec les moteurs de recherche.

L’avantage est que cette personnalisation donne la part belle aux sites de qualité ; en tant qu’internaute vous visitez des sites que vous jugez pertinents, avec un contenu utile et intéressant… Et bien si ces sites donnent tout pour faire de la qualité et accrocher la préférence de l’internaute, ils méritent bien d’être positionnés tout en haut !

L’inconvénient pour les professionnels SEO & du web, c’est que cela ne laisse pas la place à d’autres sites qui sont peuvent-être excellents sur la thématique qu’ils traitent, ou la catégorie de produits qu’ils vendent…

Autre impact, pour l’annonceur cette fois, la personnalisation va lui demander une connaissance accrue de ses clients. Plus que jamais, Google récompensera les sites qui « colleront » à leur audience. Or cette connaissance est coûteuse, ne serait-ce qu’au travers des efforts de veille qu’il faut démultiplier !

Le choix des expressions clés et de l’optimisation de la longue traine seront encore plus déterminants.

2 – Google intégrera désormais des infos d’autre nature et accordera une plus grande importance à la « localité » du contenu dans les résultats de recherche

> La notion de « position » s’estompe peu à peu

Aujourd’hui, et sur la plupart des recherches, il n’est pas rare de voir des encarts réservés aux résultats images, vidéos, ou actualités.

Des exemples très banaux peuvent attester de cette réalité :

ExempledeRequete

personnalisation2

La recherche personnalisée -dont nous venons de discuter- offre comme critères de « sélection de l’information »:

  • les images ,
  • les blogs ,
  • les sites d’ actualités,
  • les vidéos ,
  • les comptes twitter ,
  • les livres et les forums

Lors d’une interview de Marissa Mayer, vice-présidente du département de la Recherche Google France, celle-ci confirme :

« la recherche en temps réel devrait également connaître un formidable essor.

Google intègre ainsi l’interface de programmation de Jaiku, Twitter et FriendFeed afin de rafraîchir automatiquement les mises à jour publiées et corrélatives à un mot-clé donné.

Le géant de Mountain View a également signé des accords similaires avec Facebook et MySpace et devrait proposer sa propre interface de programmation afin de laisser les autres services se greffer aux résultats dynamiques. »

Autrement dit, pour le web entrepreneur que vous êtes, il va falloir jouer des coudes avec une information d’un nouveau type pour faire connaître vos produits et votre activité avec les résultats naturels de Google.

Il faut donc oublier le simple indicateur de mesure normalement privilégié : le « positionnement du site » sur une expression précise. Cela ne signifie plus grand-chose finalement avec cette nouvelle « structure » de résultats Google.

> Avec cette information en temps réel, les annonceurs vont devoir entretenir leur e-réputation

S’il est possible aujourd’hui de rechercher dans les fils d’actualités et les réseaux sociaux, cela signifie qu’une partie des résultats de Google seront de nature « événementielle ».

Conséquence ? Cela favorisera le buzz, notamment pour les requêtes comprenant des noms de marque.

Les entreprises vont devoir surveiller leur e-réputation, c’est clair. Et cela commence simplement en proposant des flux RSS pour générer SA propre actualité, et s’attirer les faveurs des moteurs de recherche !

> Mise en avant de contenu locaux par Google

Nous avions déjà tous constaté depuis quelques mois que Google mettait en premier résultat une carte Google Maps si vous tapez une activité d’entreprise + une ville (voici l’annonce officielle de Google).

image3

La récupération de votre IP permet même à Google de vous faire des suggestions tout à fait différentes en fonction que là où vous êtes sur le globe.
comparatifSuggestionspays

Cette mise en avant de contenus locaux va obliger les entreprises à prendre en compte ce facteur « espace » dans leur stratégie d’acquisition de trafic SEO.

> La pertinence des « stratégies 2.0 » sur des supports web diversifiés se justifie de plus en plus

Si Google intègre des vidéos, des photos, des actus, des messages de forums, de Twitter ou de Facebook… alors il devient beaucoup plus pertinent de publier régulièrement du contenu connecté à l’actualité.

Jusqu’à aujourd’hui, les médias sociaux n’étaient pas « rentables » pour toutes les entreprises; quand je vois le temps que je passe à entretenir ce blog, je me vois mal proposer cette activité à un chef d’entreprise,

  • qui a seulement 3 fidèles employés,
  • qui s’enquille 3 RDV par jour
  • et qui utilise son site comme outil d’aide à la vente face à face…

Mais dans ce « nouveau » contexte SEO, vous avez tout intérêt à:

  • publier des communiqués de presse,
  • être sur les réseaux sociaux,
  • avoir une « fan page » Facebook,
  • blogguer régulièrement,
  • relayer et faire relayer son contenu
  • Etc…

Voilà ce qui donnera une forte visibilité à un site…De plus en plus d’efforts au poignet donc pour se positionner !

Et puis mettre à jour, mettre à jour, faire vivre…. L’animation du site va être de plus en plus cruciale dans la réussite des projets SEO.

La volonté affichée de Google de vouloir proposer un contenu « géomarketé » n’est pas sans incidence sur la manière de référencer votre site non plus.

  • Cela commence par inscrire votre affaire dans le Local Business Center de Google.
  • C’est également prévoir dans vos optimisations SEO et vos contenus les « zones de chalandise » sur lesquelles vous souhaitez apparaître en bonne position.

Pour aller plus loin, et découvrir des techniques différentes pour recruter de nouveaux visiteurs, je vous propose 2 articles que vous retrouverez dans les Meilleurs ConseilsMarketing 2009 ;

3 – Plus technique mais aussi important: le phénomène de disparition du Trust Rank ?

> Une technique grossière pour mesurer le trust rank (indicateur de confiance) d’un site

Autre point important qui fait jaser les référenceurs ; le fameux « trust Rank » qui a déjà été évoqué dans ce blog. Dans le monde du web, on dit que le trust rank peut s’évaluer « grossièrement » en portant attention au PR et à l’Alexa Rank.

  • Le premier facteur est une conséquence d’une bonne stratégie de netlinking,
  • le deuxième un indicateur plutôt de trafic.

trusrank

> Mais est-ce que le Trust Rank existe vraiment pour Google ?

Toutefois, le 29 février 2009, Google abandonne la marque déposée TrustRank. Alors, est-ce que cet indicateur a-t-il réellement un impact SEO sur Google ?

Pas vraiment à en croire cette vidéo de Matt Cutts ; c’était une marque Google, mais un projet Yahoo !…

Laurent Bourrelly est encore plus direct sur son blog :
« La légende urbaine du TrustRank semble bien établie au sein de la communauté du référencement et au-delà.

Il existe bien un Trust Rank ou classement de confiance, mais il est centré autour de l’internaute ( PersonRank ), plutôt que sur les sites Web.

C’est d’ailleurs logique puisque Google est toujours aussi incapable de combattre efficacement le spam. Se tourner vers la pertinence du vote humain est bien plus fiable que laisser l’algorithme s’embourber avec ce classement des pages Web qui reste perfectible. »

Ces propos s’imbriquent parfaitement avec la « personnalisation des résultats de recherche » évoqués plus haut.

Et là encore, si le Trust Rank n’existe pas, beaucoup de référenceurs devront faire évoluer leurs croyances et leurs méthodes de travail.

Epilogue : Va-t-on arrêter de référencer naturellement, ou le référencement SEO entre-t-il dans une nouvelle ère ?

Le SEO n’est pas mort. Il est juste amené à évoluer et à forcer les managers de sites Internet à privilégier la qualité, la récence et la pertinence de leurs contenus.

Une bonne optimisation sera toujours d’une utilité cruciale ! Les sites les plus visibles « naturellement » resteront avantagés dans les résultats personnalisés.

Plus que jamais, le travail du professionnel SEO se focalise aujourd’hui non pas sur des « positions dans Google» mais sur le volume et la qualité du trafic
comme l’explique dans une réponse à un commentaire le DG de l’agence 1ère position
– Et également Chris Boggs, dans un de ses articles sur SearchEngineWatch.

Mais tout ces facteurs externes viennent forcément « changer la donne».

Quoi qu’il en soit, les coûts SEO et les prix des prestations de référencement qui donnent du résultat vont augmenter, c’est évident.

Référencer un site internet va demander:

  • plus d’efforts,
  • plus de compétences
  • car les mécanismes deviennent beaucoup plus complexes.

Autres sources pour rédaction :
http://actu.abondance.com/2009/12/google-personnalise-encore-plus-ses.html

http://www.actu-ref.com/2009/12/11/avantages-risques-recherche-temps-reel/

http://www.tubbydev.com/2009/12/les-nouvelles-m%C3%A9thodes-de-google-marquentelles-la-fin-du-seo-.html
Formation SEO par Olivier Andrieu

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

50 thoughts on “SEO : Va-t-on arrêter de référencer naturellement les sites Internet ?

  • 14 décembre 2009 at 11 h 28 min
    Permalink

    Une analyse très complète du problème. Le référencement devra être de plus en plus « white hat » et les référenceurs devront avoir un site avec un bon Trustrank pour offrir de la visibilité à leur clients.

    AMHA, on va assister à quelque chose comme les inscriptions dans les annuaires d’autrefois, mais avec les réseaux sociaux, les forums, les blogs etc.. Ca permettra d’avoir une meilleure visibilité dans Google.

    Mais c’est clair, la chasse aux liens est de plus en plus inutile.

  • 14 décembre 2009 at 11 h 45 min
    Permalink

    Merci Nicolas pour votre commentaire. Effectivement, l’optimisation black hat a du soucis à se faire… Et les référenceurs ont de longues heures de travail devant eux!

  • 14 décembre 2009 at 12 h 47 min
    Permalink

    Je mène un peu le même cheminement dans mes réflexions et j’arrive à la même conclusion (voir mon billet du 13/12/09 sur mon blog). Il va falloir évoluer, proposer autre chose que des positions (je m’en réjouis d’avance!) et se focaliser d’avantage sur les stats que les rapports de positionnement. Et je trouve ça plutôt positif, le référencement est une activité intéressante car elle évolue tout le temps :)

    Et merci pour ce billet très complet et intéressant.

  • 14 décembre 2009 at 13 h 12 min
    Permalink

    En effet il y a bcp de changements chez Google en ce moment, mais je vois ça surtout comme une opportunité pour les référenceurs (sérieux). Ca veut dire que le métier devient encore plus complexe car il faut tenir compte de paramètres toujours plus nombreux.
    En ce qui me concerne je considère que cette évolution est une bonne nouvelle !

    Ceux qui considèrent qu’un site est « référencé » quand il est bien placé sur 10 ou 50 requêtes… ceux-là n’ont pas compris grand chose au référencement.

    Pour finir, je ne vois pas le pb si vous visitez WRI tous les jours et que par conséquent WRI soit encore plus présent dans vos SERP ;-)

  • 14 décembre 2009 at 14 h 35 min
    Permalink

    Merci pour cette explication globale et détaillé de l’évolution du SEO. Je trouve que c’est une bonne et une mauvaise chose : la bonne c’est que le métier de référenceur va devenir aux yeux des annonceurs un véritable métier du fait de la complexité des paramètres à prendre en compte pour bien référencer un site web (enfin je l’espère). De plus cela évincera un peu les apprentis SEO qui se croit référenceur dès lors qu’il ont lu un bouquin ou fait de la veille pendant plusieurs mois (je n’est rien contre eux mais il faut qu’il comprenne qu’on ne devient pas expert en SEO en quelque mois) .
    Ensuite le point négatif c’est qu’à mes yeux Google devient de plus en plus le dieux du SEO qui attribut ces meilleurs places au plus gros annonceurs ayant un gros portefeuille SEM. Et comme tu le dit si bien « Google c’est plus fort que toi » prend ici tout son sens, fini les petites bidouille black hat :( bienvenue au white hat absorbant sans vergogne les parole évengélique du dieux Google et son idée du SEO.

  • 14 décembre 2009 at 15 h 09 min
    Permalink

    Je ne pense pas que la personnalisation des résultats sera si importante que ça. Pour être franc, je pense même qu’elle sera marginale.

    Les requêtes que nous tapons souvent dans Google, et qui sont presque tout le temps les mêmes, c’est pour chercher un résultat spécifique, par flemme de regarder dans ses bookmarks.

    Là où le nerf de la guerre existe, le ecommerce, on tape la requête « acheter machine à laver » beaucoup moins souvent, voir même une seule fois. Quid de la personnalisation, basée sur un historique quasi inexistant?

    Les requêtes récurrentes seront donc personnalisées, OK, mais ce n’est pas là que se trouve le business. Nous verrons de toute façon comment ceci évoluera dans les prochaines semaines, je prédis une grande et belle année 2010 aux référenceurs =)

  • 14 décembre 2009 at 15 h 15 min
    Permalink

    Merci pour cet excellent article ! :)

  • 14 décembre 2009 at 15 h 20 min
    Permalink

    Enorme travail de rédaction et de synthèse, bravo !

    J’émets deux biais au phénomène que vous décrivez « Changement = Plus d’AdWords » :

    -> Les sociétés n’ont pas un budget AdWords qui gonfle selon les révolutions de Google, on assistera plutôt à un remaniement chirurgical des campagnes qu’à des investissements massifs,
    -> On ne parlera plus de position brute dans Google mais de position médiane. Dans tous les cas il ne faut pas confondre « Les positions naturelles vont changer » et « Les positions naturelles vont disparaitre ».

  • 14 décembre 2009 at 15 h 41 min
    Permalink

    Excellent article très complet.

    En fait, je pense que les résultats personnalisés sont une bonne chose pour ceux qui cherchent à positionner un contenu de qualité.

    Pourquoi? Parce qu’ils mettent de l’emphase sur des signaux difficiles à manipuler: l’écho dans les médias sociaux, la qualité de l’interaction d’un visiteur avec un site, etc.

    Sur la recherche en temps réel et ces implications sur le référencement, je vous mentionne un petit article sur mon blogue: http://www.orenoque.com/20091208332/moteurs-de-recherche/la-recherche-en-temps-reel-nous-transforme-tous-en-editeurs-de-contenus.html

  • 14 décembre 2009 at 16 h 11 min
    Permalink

    Bonjour

    Je le dit souvent, si on ne veut pas fermer son commerce a cause d’une désaffection temporaire ou permanente de Google il faut faire attention au fait que le grand « G » ne représente pas plus d’un tiers du trafic global.

    40% du trafic, ça peut encore passer. 60% ou plus, vous ne survivrez pas à un dé référencement car pas un business-plan ne peut prévoir une baisse de plus de la moitié de son activité.

    Baser son business sur un trafic naturel venant de google est à la base une hérésie.

    Bon, on peut quand même atténuer ce présent commentaire à cause de la « longue traîne ».

    A moins d’un blacklistage complet, la majeure partie des ventes est causée par les requêtes de la longue traîne bien moins sensibles aux sautes d’humeur de google que les mots clefs les plus recherchés et populaire.

    Si vous avez été avisé de ce phénomène et que vous en tenez compte dans votre business-plan pour assurer les fonds de roulement de votre activité, une baisse de visibilité de vos mots clef les plus populaires devrait être préjudiciable mais pas mortelle.

    Conclusion : Il faut bien segmenter son trafic pour distribuer au référencement naturel les mots clefs les moins sensibles aux sautes d’humeur du grand « G ». Les mots clefs populaires devraient être travaillés de préférence avec des solution payantes ou maîtrisables en terme de trafic.

  • 14 décembre 2009 at 21 h 27 min
    Permalink

    Merci à tous pour vos commentaires.

    @Marie: Effectivement, je partage cet avis; le référencement évolue « dans le bon sens ». Privilégier l’aspect qualitatif du trafic au simple « positionnement » pousse la discipline à affiner & améliorer ses pratiques.

    @Olivier: Oui à 200% ! En conséquence des propos tenus à Marie, je pense que cette évolution va apporter une « nuance » supplémentaire au référencement, qui va permettre de nouveaux positionnement aux agences de référencement (… sérieuses bien sûr ;-)). De toute manière, les charlatans du SEO seront très vite rattrapés… On n’échappe pas à Google! Ensuite, je dois te l’avouer… Moi non plus je ne vois pas d’objection à ce WRI sortent en 1ère position sur mon écran ;-) Merci pour un site aussi utile que WRI!

    @MikiWeb: Il est vrai que le SEO a toujours été obscur pour les annonceurs. Si leur site n’est pas « en haut de Google », ils ne comprennent pas à quoi ça sert… Alors que « Google c’est plus fort que toi » !! La concurrence semble pourtant se vouloir de plus en plus agressive… L’avenir nous en apprendra plus.

    @Jori: Merci pour ton analyse très intéressante. Effectivement nous tapons tous des requêtes habituelles. Celles ci sous-entendent que nous souhaitons toujours obtenir un résultat similaire… Et c’est intéressant de constater que des résultats « non personnalisés » apparaitront finalement pour des requêtes « nouvelles », pour lesquelles le cyberacheteur en est au début de son processus d’achat… Mais il y’a toujours le risque que le mot clé « achat+catégorie » provoque une personnalisation des SERP si l’internaute achète régulièrement chez une échantillon de 3/4 marchands qui satisfont l’ensemble de ses besoins E-commerce… Bref, je vous rejoins tout de même sur cette phrase si vraie: « je prédis une grande et belle année 2010 aux référenceurs »

    @Winsa: :-)

    @Jean-François Detout: Votre angle de vue est très intéressant. Je pense personnellement que les entreprises garderont éventuellement le même budget AdWords -mais certaines l’augmenteront c’est sûr, même en le répercutant éventuellement sur leurs clients- mais chercherons en parallèle des « substituts » qui les délivreraient de l’emprise de Google. Quoi qu’il en soit, nous cheminons vers la même conclusion: l’AdWords sera plus technique et plus « précieux » aux yeux de l’annonceur!

    @Louis Durocher: Merci pour avoir partagé cette article Louis.

    @Munchausen: Merci Munchausen pour cette excellente réaction, d’un point de vue « business ». L’adage « on ne met pas tous ses oeufs dans le même panier » fonctionne également dans le E-commerce. Il est risqué pour un site de vente en ligne de ne compter que sur une seule « grosse » source de trafic. Que cela soit Google ou autre. L’homme d’affaires avisé doit prévoir effectivement ce risque dans son business plan. Et puis, comme je l’explique dans ce blog, le risque de « sandbox », voir de « blacklistage » pour les plus hardus, n’est jamais bien loin. Donc être dépendant de Google uniquement, c’est encore plus contraignant! Merci également de mentionner la valeur de la longue traine. Je pense personnellement que c’est une des meilleures sources de trafic: beaucoup de visiteurs, et qui se convertissent souvent à un meilleur taux. Quant à votre recommandation de « maitriser » finalement le CPA sur des expressions génériques me parait très sage. D’autant que cela est en bonne correspondance avec les évolutions SEO décrites dans ce post.

  • Pingback: pligg.com

  • 15 décembre 2009 at 12 h 13 min
    Permalink

    Bon article. C’est informatif et il y a beaucoup de pistes à explorer.

    Un petit commentaire tout de même sur les fautes d’orthographe qui rendent parfois la lecture difficile. ;-)

    Bonne continuation.

  • 15 décembre 2009 at 12 h 20 min
    Permalink

    Merci Fro pour vos encouragements. Et effectivement, je plaide coupable pour les fautes d’orthographe… Il faut définitivement que je prête plus d’attention à ma rédaction dans le futur.

  • 15 décembre 2009 at 15 h 50 min
    Permalink

    Bravo pour la synthèse!

  • 15 décembre 2009 at 18 h 32 min
    Permalink

    Je suis plutôt d’accord avec Jori… je ne pense pas que les positionnements personnalisés chamboulent tant que cela le métier…
    Il faudra toujours créer des contenus qualitatifs, être présent dans les médias sociaux qui remplaceront les annuaires… et là je rejoint Nicolas Froidure sur ce point…
    Dans tout les cas, les sites les mieux positionnés naturellement sans personnalisation seront avantagés.
    Les référenceurs ont donc une longue carrière qui les attend ! ;)

  • 16 décembre 2009 at 10 h 12 min
    Permalink

    Article très bien documenté qui pose bien l’évolution prévisible du métier de référenceur

  • 16 décembre 2009 at 19 h 42 min
    Permalink

    1 – Une révolution controversée : la personnalisation des résultats de recherche dans Google

    >>> N’emploie pas des humains à faire des choses a la place de machine (très critiqué et oubliés aussi vite les projets comme DMOZ…). L’internet n’est plus une bande de copaine LOL.

    2 – Google intègrera désormais des infos d’autre nature et accordera une plus grande importance à la « localité » du contenu dans les résultats de recherche.

    >>> Bien sur Google critère et indexe depuis longtemps sur la langue du navigateur, et geo-target marketing depuis son ADWORD, ILS ONT TELLEMENT AFFICHES DES TRILIONS ADS SUR ADWORD, que maintenant ca vaudrait QUAND MEME LE COUP NON ?

    3 – Plus technique mais aussi important: le phénomène de disparition du Trust Rank ?

    >>> Ah tiens ? Ces deux guerreres LOL ? Yahoo est de loin le meilleur portail et plateforme d’information que Google, qui est fondamentalement un moteur de recherche !

    Bin comme tu dis, demerdons nous ! LOL. Tiens t’as oublie BING ??? marrant ca ! BING AHMA, va devenir le meilleur moteur,

  • 16 décembre 2009 at 21 h 51 min
    Permalink

    @db: Merci pour cette réaction remplie d’enthousiasme!

    Effectivement, l’internet n’est plus une bonne de copain, et devient de plus en plus mature, de plus en plus technique et de plus en plus complexe… Et je te suis à 100% sur un point; favoriser la localité du contenu permet à Google de créer des « relais de croissance » pour ses AdWords. C’est exactement le même modèle économique qu’un média de masse qui décide de passer des publicités locales pour multiplier le nombre d’annonceur plutôt que de vendre un seul espace national à une poignée d’annonceurs. Du coup, on propose plus de pertinence à l’internaute, mais on vend aussi plus de liens sponsorisés du côté de Google (ils sont quand même pas ennemis de leurs intérêts!).

    Sinon, tu as raison je n’ai pas mentionné Bing dans ce post. Et cela pour 2 raisons simples;
    1/ Google reste en Europe un leader incontesté
    2/ Je connais encore mal Bing. Si d’ailleurs la communauté veut enrichir ce post ou partager ses connaissances sur Bing, n’hésitez pas à me contacter !

  • 20 décembre 2009 at 14 h 58 min
    Permalink

    Bravo pour cet article!

    Les entreprises vont enfin prendre conscience que le Web n’est pas un accessoire externe à leur développement mais une véritable opportunité pour développer leur business.

    J’espère que c’est la fin de l’utilisation du savoir faire des spécialistes du SEO pour bidouiller leur site sans vraiment qu’ils aient à se pencher sur le fond et la forme.

    Enfin de vrais compétences en interne, une vraie équipe Web ?… moi qui fais du conseil depuis 1996 sur le Web j’ai espoir d’avoir des interlocuteurs qui savent de quoi on parle et qui pourront mettre en oeuvre des actions optimiser!

    Peut être allons nous vraiment vers un référencement NATUREL.

  • 20 décembre 2009 at 16 h 15 min
    Permalink

    @Gisèle: Merci pour votre commentaire et votre enthousiasme.

    Même si nous allons effectivement vers un référencement naturel qui privilégie la qualité plutôt que la pure optimisation technique, il n’en reste pas moins que les experts référenceurs ont encore de beaux jours devant eux. Les sites optimisés auront forcément un avantage sur ceux qui ne le seront pas.

    Mais il est de plus en plus vrai que si vous vous attachez à produire du contenu de qualité, sur différents supports, vous aurez tendance à être visible… Le futur nous dira si les chefs d’entreprise iront jusqu’à investir dans une équipe web en interne, mais pour une TPE, je pense que cela restera malheureusement une douce utopie pendant encore quelques temps. .

  • 23 décembre 2009 at 16 h 57 min
    Permalink

    Merci pour cet article très complet, un bel effort de rédaction et de synthèse.
    Toutes ces évolutions vont finalement dans le bon sens, et le travail du référenceur reste plus que jamais essentiel.
    Et, comme cela est souligné dans l’article, le référencement ne se fera pas sans les médias sociaux. Il faudra donc travailler de concert son SEO et son SMO.
    Je vous indique un petit article sur le même sujet : http://bulle-interactive.com/referencement/le-seo-est-pas-mort-il-va-devoir-evoluer/

  • 23 décembre 2009 at 20 h 20 min
    Permalink

    @Bulle Interactive: Merci pour votre commentaire. Après lecture de votre article, je vois que nous partageons le même avis. Effectivement, le SEO avance dans le bon sens, et les professionnels sauront surement trouver de nouvelle manière de créer encore plus de valeur pour leurs clients !

  • Pingback: 18 leviers pour faire connaitre votre site & augmenter la visibilité de votre E-commerce | Blog Business / WebMarketing / Management

  • 6 janvier 2010 at 14 h 28 min
    Permalink

    Excellente analyse.
    Pour ma part, Je pense qu’on s’arrêtera jamais de référencer naturellement les sites. Le fait d’avoir des résulats Google Maps, Google Actualités… et des résultats en provenances de réseaux sociaux et de microbloging dans Google apporte davantage de canaux de visibilité et d’acquisition de trafic ciblé :)
    Je pense que l’enjeu réel est celui de se poser la question suivante : Devrons-nous nous limiter au positionnement dans les résultats de recherche des moteurs ? En ce sens, le référencement naturel est appelé à englober d’autres canaux webmarketing (réseaux sociaux, microblogs…).
    Autre point : limiter l’objectif du référencement naturel à l’acquisition de positions (visibilité) n’est pas objectif. Le but premier est l’acquisition de leads et la transformation.
    La vrai problématique est comment mesurer l’efficacite du référencement naturel, la quantifier et la communiquer à ses interlocuteurs ?

  • Pingback: bookmark from diigo 01/10/2010 | Relation, transformation, partage

  • Pingback: Nouvelle donne dans le référencement : impacts et perspectives | Blog Multimédia - Intranet - ecommerce - Webmarketing

  • 3 février 2010 at 15 h 12 min
    Permalink

    Merci Matthieu pour cet eclaircissement très complet!! Affaire à suivre, donc!!

  • Pingback: SEO : Le référencement Internet n'a pas fini d'exister | ilonet

  • Pingback: Le blog est mort? Quel avenir proche pour le blogging? | Blog Business / WebMarketing / Management

  • 11 mai 2010 at 21 h 09 min
    Permalink

    @Raoul: Un formidable post, merci!

  • 17 juillet 2010 at 1 h 46 min
    Permalink

    @raoul : Effectivement, je pense même que ca va aller en augmentant.
    De plus en plus de site internet, de plus en plus difficile à référencer et donc de plus en plus de boulot pour les référenceurs !
    C’est loin d’être fini ! ;)

  • 25 août 2010 at 15 h 25 min
    Permalink

    Bonjour
    Il est vrai que se positionner va devenir de plus en plus difficile mais j’y vois aussi des avantages aux évolutions décrites :

    * Elles vont donner leur chance aux petits sites « tenaces » qui animent des blogs ou maintiennent une actualité. Publier régulièrement n’est pas encore à la portée des grosses entreprises car cela demande constance, passion et expertise. Le contenu donc. Ce qui posera des questions aux référenceurs pro d’ailleurs car le contenu, c’est compliqué à faire pour eux.

    * Le renforcement de l’actualité va également dans ce sens et permettra de déboulonner des sites anciens installés aux premières places, très has-been et là uniquement pour de la pub, dont la dernière mise à jour date de 4 ans!

    *Enfin, le mélange des videos, photos, etc permettra aussi de donner des leviers aux petits sites créatifs.

    Par contre, comme le dit très bien l’article, ce sera à la force du poignet!!!

  • 5 mars 2011 at 15 h 42 min
    Permalink

    Merci pour ce billet instructif.
    J’avais tendance à minimiser l’impact de la personnalisation des recherches et pourtant j’avais déjà lu le post de M@rie qu’elle cite plus haut.

  • 5 mars 2011 at 15 h 43 min
    Permalink

    Une vrai mine d’info sur l’évolution du référencement.

    En fait, l’optimisation du référencement s’apparente plus à de l’optimisation de visibilité désormais.

    Une tendance qui devrait encore s’accentuer avec le Rich Media, les médias sociaux, la géolocalisation, les applications mobile…

  • Pingback: SEO, Php, Marketing les Infos du Weekend 5 & 6 mars 2011 | Jawama

  • Pingback: Mesurer le trust rank Pour le réferencement SEO : Infographie

  • 27 juin 2011 at 21 h 20 min
    Permalink

    Encore une fois le SEO s’oriente vers la qualité… je n’y vois à peu près que des avantages !

    Espérons simplement que google gagnera sa lutte contre le spam…

  • 22 octobre 2011 at 10 h 03 min
    Permalink

    Waaahouuu votre article est assez complet !

    Notre métier de référenceur évolu, et on commence à le ressentir un peu depuis quelques mois.

    En tous cas, ça fait un peu flipper quand même cette suprématie de Google…

    Il faudrait peut-être que je pense à diversifier mon trafic…

  • 2 janvier 2012 at 10 h 29 min
    Permalink

    Oui c’est sur que cela pose déjà problème, le nombre de fois ou je me suis fait avoir car j’étais loguer à mon compte Gmail.

  • 21 juillet 2013 at 22 h 19 min
    Permalink

    Ca pique les yeux : « Epilogue : Va-t-on arrêté de référencer naturellement.. » = arrêtER

  • 31 juillet 2013 at 23 h 32 min
    Permalink

    @Romain: Plates excuses. Fautes corrigées. Merci pour l’alerte.

  • Pingback: SEO : Quel futur pour le Search? | Blog Business / WebMarketing / Management

  • Pingback: Quand être 1er sur Google ne suffit plus | Blog Business / WebMarketing / Management

  • Pingback: Pourquoi le SEO n’est plus un levier stratégique pour votre e-commerce? | Blog Business / WebMarketing / Management

  • Pingback: Pourquoi le SEO n’est plus un levier stratégique pour votre e-commerce? | Blog Business / WebMarketing / Management

  • Pingback: Interview de Matthieu Tranvan - Upfluence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>