10 manières de mesurer le ROI de ses contenus éditoriaux


 
Kézako?
28
shares
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

 

10 indicateurs pour mesurer le ROI de ses contenus éditoriaux

10 manières de mesurer le ROI de ses contenus éditoriaux

Dans l’Internet d’aujourd’hui, les marques doivent créer des contenus éditoriaux, et les utiliser pour établir une relation de proximité avec leurs audiences. Les marques sont donc devenues des fournisseurs de contenus, en plus d’être des agents économiques & commerciaux. La stratégie éditoriale est devenue un facteur clé de succès E-business.
 
Pourtant, encore beaucoup d’entreprises ont du mal à produire du contenu. Long et fastidieux parfois, la création de contenus donne le sentiment aux marques de « perdre leur temps », sans savoir ce qu’elles peuvent réellement gagner derrière. Et pour cause, un des freins à la création de contenus réside dans la difficulté de mesurer son retour sur investissement.
 
Cet article vous propose justement de découvrir 10 manière de mesurer le retour sur investissement de vos contenus.

1 – Amélioration du référencement naturel SEO

La matière première de votre visibilité naturelle sur les moteurs de recherche reste encore… le contenu! Sans une ligne de texte, il est inutile de s’essoufler à vouloir référencer quoi que ce soit. Le choix des mots clés, l’optimisation on-page, le maillage interne, mais aussi la fraîcheur de vos contenus sont critiques pour votre SEO. Produire régulièrement du contenu doit donc vous permettre d’améliorer votre référencement naturel. Vous pouvez mesurer régulièrement celui-ci avec un logiciel de positionnement SEO, ou en suivant encore l’évolution d’indicateurs précis, comme l’Alexa Rank par exemple.  Vous pouvez également suivre au fil de la publication de vos contenus l’amélioration de votre longue traine avec les outils adaptés.

2 – Trafic généré sur le site web

Un contenu éditorial fraîchement publié va générer des visites supplémentaires sur votre site web. Pour les marques qui sont avant tout dans la logique de notoriété, elles peuvent évaluer le ROI de leurs contenus en s’intéressant au trafic qu’il génère. Vous pouvez par exemple analyser en détail dans votre Google Analytics le comportement des visiteurs ayant consulté ce contenu, ou encore ceux qui rentrent sur le site par cette page de destination précise.

3 – Nombre de pages vues/visionnages

Si un contenu est réellement utile, alors il doit être vu par l’audience cible. Ajoutons à cela que le web demande de plus en plus d’aller publier ses contenus « là » où sont ses clients plutôt que de les laisser « en vitrine » sur son site corporate. C’est pourquoi dans certains cas, pour évaluer le ROI de son contenu, il sera plus important de se focaliser sur le nombre de « visionnages » -d’une page clé, d’une vidéo, d’une présentation– plutôt que sur le nombre de visiteurs drainés sur le site corporate.

4 – Taux de lecture, d’attention, de mémorisation

Dans la même lignée que la mesure du nombre de vues, on peut évaluer le retour sur investissement d’un contenu éditorial avec quelques ratios. Par exemple, il est possible de suivre le taux de lecture, qui évalue le pourcentage de visiteurs ayant vu un contenu particulier. Ou encore, vous pouvez vous servir du temps passé sur vos pages pour déterminer un taux d’attention. Et si vous avez la possibilité d‘interroger un panel de votre audience cible, vous pourrez également mesurer le taux de mémorisation de votre message.

5 – Nombre de téléchargements

Les marques fournissent des contenus éditoriaux sous différents formats. Parfois, il s’agit de livres blancs ou d’infographies à télécharger. Ces actions peuvent être tracées comme des « objectifs » dans votre Google Analytics; il vous suffit d’ajouter un simple script sur le lien de téléchargement afin de compter chaque fois qu’un internaute clique dessus. En suivant l’évolution de ces téléchargements, il est possible à la fois de mesurer le succès d’un contenu en particulier, mais également de mettre en perspective sa performance par rapport à celle des contenus précédents.

6 – Impact sur le cycle de vente & le taux de conversion

Parfois, les contenus éditoriaux sont spécifiquement créés pour « faciliter » le processus d’achat de vos cibles. Son but final n’est pas de vendre, mais de soutenir l’effort commercial pour permettre ensuite une amélioration de vos taux de conversion. C’est le cas par exemple des E-mail de relance de paniers abandonnés, ou des comparatifs produits. Pour évaluer le ROI de tels contenus, vous pouvez comparer les performances de votre processus commercial sur 2 échantillons d’audience, avec et sans le contenu en question.

7 – Impact sur l’image de marque

Comme évoqué dans l’introduction de cet article, les marques se doivent aujourd’hui d’être des fournisseurs de contenus en plus d’être des agents économiques & commerciaux. Elles doivent proposer une expérience et une culture, au delà des seuls produits qu’elles vendent. Elles doivent s’adresser aux individus comme des personnes, et non plus seulement comme des consommateurs. Certains contenus éditoriaux peuvent donc avoir un impact important sur l’image de marque. Il vous est possible de suivre cet indicateur en réalisant par exemple un baromètre d’image auprès d’un panel de clients.

8 – Taux de transfert des contenus (viralité)

Dans le social web d’aujourd’hui, les internautes partagent des contenus dans leur propres réseaux. Vous pouvez donc évaluer le ROI de vos contenus sous l’angle de leur viralité: forward, +1, J’aime ou encore retweet… Des services comme Addthis ou TweetMeme vous fournissent, en plus des nombreux boutons de partages, des statistiques sur vos contenus ayant été partagés.

9 – Reprise des contenus par des leaders d’opinion

Comme nous venons de le voir, les internautes aujourd’hui partagent les contenus entre eux. Il peut arriver également que des leaders d’opinion -comme certains blogueurs par exemple- reprennent et ré-utilisent les contenus des marques pour construire une analyse indépendante, qui sera fortement appréciée par les internautes. Les marques ont tout intérêt à se retrouver dans les mains des leaders d’opinions de son marché: cela peut donc être un indicateur a part entière pour évaluer le ROI de ses contenus éditoriaux.

10 – Capacité à recycler le contenu pour des opérations marketing ultérieures

Certains contenus sont plus intemporels que d’autres. Et puis, certains contenus sont parfois plus facilement déclinables que d’autres. Il est possible pour les marques d’investir dans la création d’un contenu fait pour avoir une durée de vie plus longue, ou encore pour être décliné sous plusieurs format: livre blanc, article, communiqué, présentation, vidéo, etc… En résumé, vous pouvez aborder le ROI de vos contenus éditoriaux sous l’angle de l’efficience, et mesurer alors le niveau de « ré utilisabilité » de vos contenus éditoriaux.

 

Partager sur Twitter
Partager sur Google+
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest
+

13 thoughts on “10 manières de mesurer le ROI de ses contenus éditoriaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *